/news/politics
Navigation

Enquête sur un accès à des sites pornos au ministère de la Justice

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le ministère de la Justice veut savoir pourquoi un de ses employés a eu accès à des sites pornographiques par l’intermédiaire de son réseau informatique, a appris notre Bureau d’enquête.

La directrice des communications, Caroline Dorval, a déclaré mercredi qu’une vérification interne a été ordonnée à ce sujet.

Cette décision a été prise après la publication cette semaine d’un article de notre Bureau d’enquête.

Selon les informations rapportées dans notre édition de mardi, 135 812 tentatives d’accès à des sites pornographiques ont été bloquées, en 2017, par des filtres mis en place sur le réseau ministériel.

Une seule tentative de connexion avait été couronnée de succès, en mars, indiquaient nos données.

Mme Dorval assurait en début de semaine que cet accès avait été « autorisé et a été fait dans le cadre d’une procédure encadrée et à des fins strictement professionnelles ».

Contexte indéterminé

À la suite d’une demande de précisions à ce sujet, la porte-parole a cependant été incapable de fournir plus de détails hier.

« Les autorités du ministère ont demandé à ce qu’une vérification interne soit réalisée relativement à cet accès, a dit Mme Dorval. Des mesures seront prises le cas échéant, selon les conclusions de cette vérification. »

Cette procédure « vise à déterminer le contexte exact dans lequel l’accès s’est déroulé », a-t-elle indiqué.

Le réseau informatique du ministère comprend les ordinateurs de ses points de service, des palais de justice, de la magistrature et du Directeur des poursuites criminelles et pénales.