/sports/golf
Navigation

Le vent fait la vie dure aux joueuses

SPO-GLF-USL-PURE-SILK-BAHAMAS-LPGA-CLASSIC---ROUND-ONE
Photo AFP Brittany Lincicome

Coup d'oeil sur cet article

NASSAU, Bahamas | Avec la solide brise maritime soufflant sur le parcours du Ocean Club, les golfeuses ont éprouvé toutes sortes de difficultés sur les verts.

Elles devaient donner un véritable vote de confiance à leur fer droit. Bon nombre d’entre elles ont multiplié ces détestables verts de trois roulés gâchant une carte.

« Il fallait lire les pentes en plus du grain et du vent. Donc, je me suis fait souvent avoir, a souligné Anne-Catherine Tanguay, qui a effectué 32 roulés. J’en ai laissé plusieurs à court de la coupe. Mes coups vont devoir être plus fermes demain [vendredi]. »

Questions

Même l’Américaine Brittany Lincicome, championne en titre de la Classique Pure Silk, en a bavé sur les verts, qu’elle avait pourtant brûlés l’an dernier.

« On se pose beaucoup de questions avec ce vent, a souligné l’Américaine. C’est trompeur. Il faut viser dans la direction du vent. Il fallait laisser aller le bâton et la balle. Certaines fois, j’ai cru avoir fait le coup idéal et ma balle s’est retrouvée à plus de cinq pieds de l’objectif. C’était très difficile. »

Malgré une ronde de 69 (-4), l’Australienne Sarah Jeanne Smith n’a pas apprécié son jeu sur les verts, elle qui a effectué 27 roulés. Elle s’est dite chanceuse alors qu’elle a éprouvé des problèmes à juger la direction des rafales.

Les golfeuses auront à s’y habituer puisque Éole leur réserve des pointes à plus de 55 km/h aujourd’hui.