/news/politics
Navigation

Simon Jolin-Barrette souhaite que les Québécois travaillent plus

« Il ne faut pas être gêné de travailler », dit le député de la CAQ

Simon Jolin-Barrette
Photo d'archives Simon Clark Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Dans son livre, le député caquiste Simon Jolin-Barrette rend hommage à la culture du travail des Américains et estime qu’on ne valorise pas assez les semaines de 60 heures au Québec.

« Aux États-Unis, c’est pour ainsi dire une fierté que de confier à quelqu’un que l’on travaille 60 heures par semaine. Ce n’est pas le cas au Québec. C’est d’abord une question de mentalité », écrit M. Jolin-Barrette dans son ouvrage J’ai confiance, réflexions (sans cynisme) d’un jeune politicien publié jeudi.

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, il explique qu’il a rédigé ce livre pour favoriser « l’engagement et le service public » et montrer ce qu’il souhaite changer dans la société. Le déclencheur de sa réflexion : la lecture de Lettres à un jeune politicien, de Lucien Bouchard.

Dans son ouvrage, M. Jolin-Barrette dénonce « notre modèle [qui] encourage la ruse et décourage l’honnêteté », et qui « encourage l’assistanat et décourage l’effort ». Il s’en prend « à la loi du moindre effort, qui prévaut trop souvent dans notre société ». « D’où nous vient ce penchant ? L’explication n’est pas simple. Mais je crois que nos 50 ans de “tout à l’État” ont eu un prix et ont influencé notre culture du travail dans le mauvais sens », écrit-il.

Le député de Borduas élu en 2014 à l’âge de 27 ans salue « l’idéal de self-reliance » au « cœur du message américain » : « Pour un Américain, une personne qui travaille beaucoup est quelqu’un qui a son destin bien en main ». « Le drapeau américain flotte non seulement sur tous les édifices publics, mais sur de très nombreuses résidences. C’est un patriotisme authentique. On sent tout de suite qu’il est vécu », note-t-il.

M. Jolin-Barrette « rêve d’un Québec ambitieux, avec de la vision [...] où le travail ne serait pas vu comme un fardeau dont il faudrait se défaire bien avant l’âge de 65 ans ».

Concrètement, il veut des incitatifs fiscaux pour ne pas désavantager les travailleurs québécois qui souhaitent travailler plus. Mais il espère aussi une discussion publique sur les travers de notre société. Il désire retrouver « les anciennes vertus comme la persévérance, le travail et le respect de l’expertise d’autrui » tout en dénonçant « la superficialité, l’imposture et la facilité » de la « société de l’image ».

Il écorche au passage les médias sociaux comme « LinkedIn et Facebook » où l’accent est trop souvent mis sur la visibilité.

Père d’une jeune fille, il croit que l’Assemblée nationale pourrait s’adapter pour attirer les parents. Par exemple, il suggère de s’inspirer d’Ottawa et de limiter les horaires en fixant à 18 h 30 l’arrêt des travaux parlementaires, alors que certaines commissions siègent jusqu’à 21 h 30.

Il réfère aux défis des milléniaux : étouffés par les dettes d’études, ils peinent à devenir propriétaires. L’abolition de la taxe de bienvenue pourrait aider, dit-il. Il dénonce toutefois notre société de consommation qui carbure au crédit facile. Contrairement à avant, la dette est « utilisée à toutes sortes de fins, voyages, vêtements, produits de beauté, chirurgies. Ce ne sont plus des besoins de base qui sont financés, mais un style de vie », déplore-t-il.

Il estime aussi qu’une « gestion de l’État plus responsable pourrait avoir un effet positif sur les individus, en influençant leurs propres comportements de consommation ». Il refuse toutefois le cynisme et propose plutôt aux jeunes de sa génération de participer à la vie publique pour changer la société.