/news/currentevents
Navigation

Décès d'Anne-Sophie Veilleux: le conducteur avait déjà vécu un choc traumatique au volant

Mareck Dupuis, 20 ans, avait vu quelqu’un se jeter sous son camion quatre mois avant l’accident tragique du 16 janvier

FD-ACCIDENT-SAINT-GOERGES
Photos courtoisie et Agence QMI Mareck Dupuis est impliqué dans un accident mortel à Saint-Georges-de-Beauce qui a coûté la vie à Anne-Sophie Veilleux (en mortaise).

Coup d'oeil sur cet article

Le conducteur du poids lourd impliqué dans un accident mortel à Saint-Georges-de-Beauce il y a deux semaines se remettait tout juste d’un autre traumatisme, causé par le suicide d’une personne qui s’était jetée sous son camion en septembre dernier.

D’ailleurs, quelques minutes à peine avant le triste accident, un psychologue qui accompagne le camionneur dans son retour au travail était avec lui dans le véhicule.

Mareck Dupuis
Photo courtoisie
Mareck Dupuis

Mareck Dupuis, 20 ans, avait vécu difficilement ce premier incident dans lequel il avait rapidement été établi qu’il n’avait aucune responsabilité. Le 13 septembre dernier, un individu s’était jeté sous les roues de son camion sur le boulevard Jean-Lesage, à proximité du Palais de Justice de Québec.

La victime Anne-Sophie Veilleux
Photo Facebook
La victime Anne-Sophie Veilleux

Le père du camionneur a confié au Journal qu’il avait tout juste repris le volant de son camion dans les jours précédant la terrible collision du 16 janvier qui a coûté la vie à Anne-Sophie Veilleux, une jeune femme de 18 ans. Inscrit dans un programme comprenant un suivi psychologique pour revenir graduellement sur la route, le jeune homme revenait d’une sortie accompagnée le matin de l’accident.

« Il avait fait deux voyages seul le jeudi et la suite du programme, c’était une sortie avec le psychologue pour vaincre son traumatisme en ville. Ils étaient allés à Sainte-Marie et le psychologue avait débarqué cinq minutes avant l’accident », raconte avec émotion Marc Dupuis, toujours ébranlé par le drame.

« Il n’a jamais voulu ça »

Si M. Dupuis accepte de raconter ces détails, c’est parce qu’il trouve difficile le traitement réservé à son fils, qui fait face à quatre chefs d’accusation en lien avec l’accident. Mareck Dupuis ne prenait pas de risques au volant de son camion, assure son père, et encore moins dans le contexte actuel.

« Mareck n’a jamais voulu ça. C’est dur de voir ton fils traité comme un criminel, comme s’il avait été en état d’ébriété ou qu’il avait tiré quelqu’un avec un fusil. Plusieurs personnes ne peuvent pas comprendre s’ils n’ont jamais conduit un camion », soupire le père du jeune homme qui est accusé notamment de conduite dangereuse causant la mort.

Dans tout ce drame qui secoue sa famille, Marc Dupuis assure toutefois que ses premières pensées vont à la famille de la jeune victime, Anne-Sophie Veilleux.

« Il y a une autre famille encore plus déchirée que nous. Nous, on pourra encore serrer notre garçon dans nos bras, même s’il ne sera plus jamais le même. Je ne peux pas m’imaginer ce qu’ils doivent vivre en ce moment », laisse tomber M. Dupuis avant d’éclater en sanglots. Les funérailles d’Anne-Sophie Veilleux seront célébrées samedi matin.

Organisme sous le choc

Fondateur avec sa conjointe de l’organisme SSPT chez les camionneurs (Syndrome du stress post-traumatique), Patrick Forgues a été bouleversé d’apprendre ce qu’a vécu Mareck Dupuis.

« J’étais sous le choc. Juste un traumatisme, c’est déjà beaucoup, c’est un gros morceau. Ce jeune-là va avoir besoin de beaucoup de suivi, parce qu’en ce moment, je ne sais pas comment il va pouvoir gérer ça », souligne l’ancien camionneur qui a lui-même vécu le suicide d’un automobiliste en 2013.

Selon les informations qu’il a sous la main, Patrick Forgues estime que le processus de retour graduel a bien été respecté dans le cas de Mareck Dupuis.

« Ce n’est pas un programme qui est “garroché”. Ça a été fait dans les règles de l’art avec un retour progressif », explique M. Forgues, ajoutant qu’il est impatient de voir les conclusions du processus judiciaire. « J’ai de la difficulté à me rentrer dans la tête la conduite dangereuse ou la négligence. Sur un retour progressif, après ce qu’il avait vécu, j’ai de la misère à croire qu’il a pris des chances. »

Accident du 13 septembre 2017

  • Boulevard Jean-Lesage, tout juste devant le palais de Justice de Québec.
  • Vers 18 h 55, un individu s’est jeté sous les roues du camion de Mareck Dupuis.
  • La thèse du geste volontaire a été confirmée et le conducteur n’a reçu aucun blâme.
  • Mareck Dupuis avait été hospitalisé pour un violent choc nerveux.

Accident du 16 janvier 2018

  • À l’angle du boulevard Lacroix et de la 118e rue à Saint-Georges-de-Beauce.
  • Vers 9 h 15, le poids lourd de Mareck Dupuis emboutit la voiture d’Anne-Sophie Veilleux.
  • La jeune femme de 18 ans est décédée à la suite de l’accident et sa passagère gravement blessée.

De lourdes accusations pour l’accident du 16 janvier

Mareck Dupuis fait face à des accusations de :

  • Conduite dangereuse ayant causé la mort
  • Négligence criminelle ayant causé la mort
  • Conduite dangereuse ayant causé des lésions
  • Négligence criminelle ayant causé des lésions