/entertainment/tv
Navigation

Nudité dans Fugueuse : des scènes «essentielles et nécessaires»

Une scène où la vedette principale déambule au centre-ville de Montréal.  
Photos courtoisie Maude Arsenault, Marlène Gélineau-Payette Une scène où la vedette principale déambule au centre-ville de Montréal.  

Coup d'oeil sur cet article

Les scènes de nudité de la jeune comédienne personnifiant une adolescente dans la série Fugueuse étaient essentielles et nécessaires, selon l’auteure de la série et la direction de TVA, afin de sensibiliser les jeunes et les parents à la réalité de la prostitution juvénile.

Les réactions ont été fortes sur la page Facebook de l’émission à la suite de l’épisode de lundi dernier. Plusieurs téléspectateurs ont été choqués par la nudité de l’actrice Ludivine Reding, qui incarne le personnage principal, Fanny. D’autres ont applaudi le réalisme de la série.

Dans deux scènes, on peut voir les seins de la comédienne de 20 ans. On la voit d’abord au lit, au lendemain d’une nuit avec son amoureux Fred. Puis, dans un loft du centre-ville, lors d’une fête avec le rappeur Damien.

Fugueuse raconte la descente aux enfers de Fanny, une adolescente de 16 ans, qui s’enfonce lentement dans le monde des bars de danseuses et de la prostitution.

Directrice principale, Chaînes et programmation, au sein du Groupe TVA, Suzane Landry, précise que ces scènes étaient justifiées et inévitables.

Fanny, ici avec Damien (Jean-François Ruel), s’enfonce lentement dans un univers dur et violent.
Photos courtoisie Maude Arsenault, Marlène Gélineau-Payette
Fanny, ici avec Damien (Jean-François Ruel), s’enfonce lentement dans un univers dur et violent.

« Il est important d’expliquer pourquoi cette jeune fille a été repérée plutôt qu’une autre. On sent, dès le départ, qu’elle est très à l’aise avec son corps. Elle est prête à tourner un vidéo-clip où les filles sont très sexy. On la sent plus aventurière et plus ouverte », a-t-elle fait remarquer.

Fugueuse, ajoute-t-elle, a pour but de sensibiliser les gens à la triste réalité des jeunes filles qui se font recruter pour faire de la prostitution.

« C’est un sujet d’actualité et on a voulu aborder cette réalité pour sensibiliser, dénoncer et amener une certaine forme d’approche préventive. En montrant des choses, comment ça se passe et comment les jeunes filles sont insidieusement recrutées, ça ouvre les yeux autant aux jeunes filles qu’aux parents. On souhaite qu’il y ait un impact en termes de prévention, d’éducation et de sensibilisation », a-t-elle mentionné.

Claude Legault incarne le père de Fanny dans ce drame diffusé à TVA.
Photos courtoisie Maude Arsenault, Marlène Gélineau-Payette
Claude Legault incarne le père de Fanny dans ce drame diffusé à TVA.

Un monde dur et violent

Suzane Landry indique que l’on peut, après chacun des épisodes, se questionner sur la nécessité de présenter ces scènes.

« Si au bout de l’heure, ce que l’on retient, c’est que c’est un milieu très glam, avec des soirées VIP et du champagne, on n’aura pas rencontré notre objectif. Il faut montrer, dans un cadre de sensibilisation, que le monde de la prostitution et du proxénétisme, ce n’est pas une réalité douce. C’est un monde dur et violent », a-t-elle expliqué.

Cette jeune femme, précise l’auteure Michelle Allen, a déjà une sexualité, comparativement à son amie Jessica, interprétée par Camille Felton.

« Il fallait, afin que l’activité de sensibilisation puisse se faire, que les gens sentent que c’est vrai et que cela correspond aux jeunes filles d’aujourd’hui. C’est sûr qu’on ne l’a pas mise avec un col roulé et une jupe en bas des genoux. Ce qui serait peu vraisemblable », a-t-elle fait remarquer.

Dans le respect

La comédienne Ludivine Reding, qui personnifie Fanny, aura bientôt 21 ans. Elle raconte qu’elle a été très à l’aise avec ces scènes, tournées dans le respect le plus total. « J’étais bien entourée et ça n’a pas été un facteur de stress », a-t-elle raconté.

Elle précise que les comédiennes approchées savaient, avant les auditions, qu’il allait y avoir des scènes de nudité. Il était possible de se désister.

Ludivine Reding indique que les réactions sont plus positives que négatives. « Les gens qui viennent me voir me parlent plus de l’aspect dénonciation et sensibilisation entourant la série. Ces scènes sont nécessaires et jamais gratuites. Le but n’est pas de choquer », a-t-elle fait remarquer.

La jeune comédienne ne croit pas être cataloguée dans ce genre de rôle. « C’est quelque chose qui ne me stresse pas. C’est à moi de dire non », a-t-elle laissé tomber.

Fugueuse est diffusée les lundis soir, à 21 h, sur les ondes de TVA.