/news/politics
Navigation

Lock-out à l’Aluminerie de Bécancour (ABI) : QS propose de couper les subventions à l’entreprise

Aluminerie de Bécancou - ABI
Photo Capture d'écran / TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Québec solidaire (QS) serait prêt à retirer des subventions aux entreprises qui mettent leurs employés en lock-out.

C’est ce que la formation politique propose de faire dans le conflit de travail entre l’Aluminerie de Bécancour (ABI) et ses employés. Rio Tinto détient 25 % d'ABI, le reste étant détenu par Alcoa.

QS demande au gouvernement Couillard de retirer le tarif préférentiel sur l’électricité auquel l’entreprise a droit, tant et aussi longtemps que le lock-out perdurera.

« En contrepartie de cette aide publique, l'entreprise se doit de respecter ses travailleurs et de négocier de bonne foi », a indiqué le porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, vendredi, par communiqué.

« Un gouvernement solidaire instaurerait des clauses de garantie d'emplois en contrepartie de toute forme d'aide publique aux entreprises », a-t-il ajouté.

Les 1030 travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour n’ont plus la possibilité de travailler depuis maintenant deux semaines. Ils ont rejeté à plus de 80 % la dernière offre patronale.

« Pourtant, le déclenchement du lock-out et l’arrêt de deux séries de cuves représentent des coûts importants pour l’employeur, qui n’ont aucune commune mesure avec ce qui était en jeu dans les négociations », estime le syndicat. Les négociations portaient principalement sur le régime de retraite et le respect de l’ancienneté dans les mouvements de main-d’œuvre.

Les négociations ont débuté le 11 septembre dernier, alors que la convention collective est venue à échéance le 22 novembre à 23 h 59. L’offre globale et finale a été déposée le 21 décembre dernier.