/lifestyle/sexromance
Navigation

Dysfonction sexuelle

Dysfonction sexuelle
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

En couple ou célibataire, les dysfonctions sexuelles sont des problématiques vécues par un grand nombre d’hommes et de femmes. Donc, quel que soit l’âge, il est primordial de ne pas en négliger l’importance et... d’en parler ! Voici quelques explications pour en comprendre davantage sur le sujet.

La réponse sexuelle consiste en un ensemble de réactions corporelles liées aux différentes phases par lesquelles passe le corps au cours d’une activité sexuelle (avec ou sans partenaire). Dans les années soixante, le gynécologue William Masters et la psychologue Virginia Johnson ont étudié en laboratoire des centaines d’individus en les soumettant à plusieurs tests. Selon leur conclusion, il existe, chez les deux sexes, quatre phases bien distinctes – encore ­utilisées en référence :

1• L’excitation. Cette phase peut à la fois provenir de l’excitation physique des caresses et des touchers ou de l’excitation provoquée par les fantasmes. Sous l’effet de cette excitation, le corps réagit. Chez la femme, le vagin se dilate, se lubrifie, les organes se gonflent de sang (seins, vulve, clitoris). Chez l’homme, les testicules remontent vers le haut, le pénis se gorge de sang et augmente de volume. Le désir monte !

2• Le plateau. Une étape qui consiste en la prolongation de l’excitation, puisque le corps tout entier passe en vitesse supérieure. Le rythme cardiaque s’accélère et les réactions corporelles sont telles qu’elles préparent le corps à l’orgasme. Toutefois, il est également possible que cette phase se poursuive plus longtemps, ne faisant pas basculer l’individu vers l’orgasme ou, au contraire, lui ­permettant d’en vivre plusieurs.

3• L’orgasme. Si tout se passe bien, que les caresses se poursuivent et sont adéquates, cette troisième phase déclenche le réflexe orgasmique. Rendu à ce niveau d’excitation, on parle de réflexe, car on considère qu’une perte de contrôle est nécessaire pour obtenir ces sensations. Et de façon physiologique, cette phase se définit par des contractions involontaires des muscles du plancher pelvien (organes génitaux et anus). L’éjaculation est manifeste, mais n’est pas toujours nécessaire chez l’homme pour qu’il ressente l’orgasme. Cette phase apporte des sensations différentes à chacun et peut ne pas se produire systématiquement.

4• La résolution. Cette quatrième et dernière phase correspond au moment où le corps et l’esprit effectuent un retour à la normale de façon progressive, la respiration décélère, la détumescence se fait. Chez l’homme, cette phase correspond également à la période réfractaire – période où l’homme, malgré son désir et son « bon vouloir », ne parvient pas à obtenir une nouvelle érection (ce temps varie selon l’âge et tend à se prolonger lorsque celui-ci avance en âge).

Il ne faut pas non plus oublier la période de ­désir, souvent passée sous silence. Elle arrive en tout premier lieu. Sans désir, les autres phases peuvent avoir lieu physiquement, mais la réponse tout entière pourra être perturbée.

Bref, ce qu’il est important de savoir, c’est que la réponse sexuelle varie d’une personne à l’autre, d’une période de la vie à une autre et en fonction de la connaissance de soi. Bien des éléments peuvent influencer cette réponse sexuelle, et même la compromettre !

Des difficultés peuvent survenir

Au cours d’une vie sexuelle, il est tout à fait naturel d’éprouver à l’occasion des troubles liés à une ou plusieurs phases de cette réponse. Un trouble consiste en une entrave vécue au cours d’une activité sexuelle et peut toucher l’une des différentes phases, voire plusieurs à la fois :

♦ Trouble du désir (hypo ou hyper actif, absence)

♦ Trouble de l’excitation sexuelle chez la femme : « Incapacité persistante ou répétée à atteindre, ou à maintenir jusqu’à l’accomplissement de l’acte sexuel, une activité sexuelle adéquate (lubrification, intumescence). »

♦ Le trouble de l’érection chez l’homme : « Incapacité persistante ou répétée à atteindre, ou à maintenir jusqu’à l’accomplissement de l’acte sexuel, une érection adéquate. » Source : www.psychomedia.qc.ca

♦ Trouble de l’orgasme

♦ Troubles douloureux

Plusieurs causes peuvent être envisagées lorsqu’il y a dysfonctionnement de la réponse sexuelle et assez souvent, on observe que l’origine du problème peut être multi-souches, donc provenir de différents éléments. Des causes physiques, psychologiques, relationnelles, génétiques ou autres occasionnent nécessairement des perturbations, affectant ainsi celui ou celle qui est aux prises avec le trouble, mais également la/le partenaire, le cas échéant.