/travel/destinations
Navigation

Yellowstone: monuments de la nature ouest-américaine

Dans le parc de Yellowstone, la nature impose sa propre loi.
Photo courtoisie Dans le parc de Yellowstone, la nature impose sa propre loi.

Coup d'oeil sur cet article

Les parcs nationaux de Yellowstone et de Grand Teton forment ensemble le noyau d’une immense aire protégée appelée le Greater Yellowstone Ecosystem. Elle représente un des derniers écosystèmes relativement intacts des États-Unis si on exclut l’Alaska. S’enfoncer dans l’arrière-pays de Yellowstone est un moment d’immersion unique au sein d’une nature grandiose.

Créé en mars 1872, Yellowstone est le premier parc national au monde à avoir vu le jour. Il s’étend sur une superficie de 8983 km² et sur trois états du nord-ouest des É.-U., soit le Wyoming, l’Idaho et le Montana. S’enfoncer dans l’arrière-pays de Yellowstone au cours de l’automne est un moment d’immersion unique au sein d’une nature grandiose. Au cours de l’été indien, les lumières du soir embrasent les sommets des montagnes environnantes, et les wapitis, orignaux, bisons des plaines, loups gris, grizzlis, ours noirs, antilopes américaines et coyotes peuplent ces superbes paysages vallonnés. Assurément, le charme de Yellowstone ne laisse pas indifférent.

Ce bison des plaines semble vouloir se fondre au décor.
Photo courtoisie
Ce bison des plaines semble vouloir se fondre au décor.

Au-delà de ses paysages grandioses et de sa faune charismatique, il est célèbre pour ces phénomènes géothermiques. Il possède en effet les deux tiers des geysers de la planète et de très nombreuses sources d’eaux chaudes.

Situé plus au sud, le parc national de Grand Teton couvre quant à lui une superficie plus réduite de 1254 km². Très célèbre pour ses spectaculaires paysages montagneux qui culminent à presque 4200 mètres d’altitude, il offre un contact avec l’environnement naturel des Rocheuses très intimiste au sein de profondes vallées aux versants escarpés.

Les montagnes des Rocheuses américaines réservent de magnifiques surprises.
Photo courtoisie
Les montagnes des Rocheuses américaines réservent de magnifiques surprises.

Ici, si vous êtes attentifs, vos chances d’observations de mouflons d’Amérique et de chèvres de montagne sont possibles. Les vallées périphériques au massif montagneux sont larges et y coulent de magnifiques rivières entourées de saules et de bouleaux aux couleurs resplendissantes. D’excellentes zones pour l’observation des orignaux.

Calme et sérénité

Une chose est primordiale à savoir avant de se lancer dans la découverte de cette fierté du patrimoine naturel américain. La fréquentation estivale de Yellowstone est tout simplement démentielle. La dimension du complexe hôtelier des vallées dépasse l’imagination et les campings principaux sont de plusieurs centaines d’emplacements... De mi-juin à mi-septembre, soyons clair, c’est le dernier endroit où se trouver lorsqu’on recherche le calme et la sérénité malgré l’espace sauvage avoisinant.

Les paysages invitent au recueillement.
Photo courtoisie
Les paysages invitent au recueillement.

La meilleure période pour envisager la découverte de ce petit éden est donc assurément l’automne, entre mi-septembre et mi-octobre. Attention cependant, car les plateaux de Yellowstone se trouvent entre 2000 et 2300 mètres d’altitude en moyenne. Les nuits sont rapidement fraîches. De 50 à 80 % des campings des vallées et des hôtels sont fermés.

Restent uniquement les petits campings de l’arrière-pays, qui, eux aussi, sont souvent pleins jusqu’au début d’octobre sous l’afflux des passionnés de plein air. Cependant, à cette période, dès que l’on quitte le réseau routier principal et que l’on s’enfonce en trek dans les vallées, l’isolement est roi et profiter pleinement de cet environnement naturel grandiose devient chose possible

Faune active

En récompense à ces conditions de découverte un petit peu plus aventurières sous les chutes de neige et gelées nocturnes, la vie animale à cette période est très active. Les lumières automnales, superbes. Le rut des wapitis est à son paroxysme et les grands mâles remplissent les vallées de leurs puissants appels. La démesure de leurs panaches dépassant de la végétation arbustive est absolument magnifique.

Les orignaux sont actifs le matin.
Photo courtoisie
Les orignaux sont actifs le matin.

La nuit, les orignaux prennent le relais et il n’est pas rare d’apercevoir des empreintes d’ours noirs, de loups ou de grizzlis dans la neige au petit matin. Ces derniers descendent progressivement des montagnes face à l’accumulation des premières neiges persistantes en altitude. Les paysages, parés de leurs plus belles couleurs et de leurs contrastes, sont resplendissants. Assurément à mes yeux, c’est la plus belle période pour découvrir les richesses naturelles de Yellowstone.

Les grizzlis sont présents dans la région.
Photo courtoisie
Les grizzlis sont présents dans la région.