/sacchips/harddrive
Navigation

Les vainqueurs des Grammys Awards

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La superstar du rap Jay-Z, présent dans huit catégories, était en tête des nominations aux Grammy Awards qui seront décernés dimanche soir, suivi par un autre rappeur, Kendrick Lamar, avec sept, et l’héritier du funk Bruno Mars avec six.

Voici les gagnants dans les principales catégories: 

Album de l’année

Bruno Mars, 24K Magic

Le chanteur américain Bruno Mars a reçu dimanche le prix de l’album de l’année pour «24K Magic» lors de la cérémonie des Grammy Awards, raflant trois des quatre trophées majeurs de la soirée.

C’est la première fois que l’artiste né à Hawaï décroche la récompense reine aux Grammys pour l’un de ses albums, même s’il avait été crédité l’an dernier pour la victoire de la chanteuse britannique Adele, pour laquelle il a co-écrit le titre «All I Ask» sur son disque «25».

Enregistrement de l’année, attribué pour la performance globale d’un titre

Bruno Mars, 24K Magic

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Le chanteur américain Bruno Mars a reçu dimanche le prix du disque de l’année pour le titre «24K Magic» lors de la cérémonie des Grammy Awards, la consécration pour le showman de 32 ans au style flamboyant, héritier de la funk des années 80.

C’est la première fois que l’artiste né à Hawaï décroche cette récompense aux Grammys pour l’un de ses morceaux, même s’il avait été crédité en 2015 sur «Uptown Funk» du musicien et producteur britannique Mark Ronson, sur lequel il était le seul à chanter.

Chanson de l’année, attribuée aux auteurs/compositeurs

Bruno Mars avec les auteurs Brody Brown, James Fauntleroy et Philip Lawrence et l’équipe de production The Stereotypes,That’s What I Like

«That’s What I Like» - la chanson dans laquelle Bruno Mars évoque son goût pour le sexe avec champagne et paillettes - a remporté dimanche le Grammy de meilleure chanson de l’année.

C’est la première fois que Bruno Mars décroche cette récompense, pour laquelle il avait déjà été nommé à trois reprises.

Le tube, issu de son album «24K Magic», marque un retour du chanteur hawaïen de 32 ans à son style rétro et R&B.

«Des bijoux en or qui brillent de tous feux/Du champagne à la fraise sur glaçons, tu as de la chance, c’est ce qui me plaît», chante-t-il dans cette chanson en forme d’invitation à l’amour.

Dans une récente interview, Bruno Mars expliquait avoir voulu créér une atmosphère de fête dans un monde en crise.

«Je veux que les gens se sentent fabuleusement bien en écoutant cet album. Et si je veux que les gens se sentent fabuleusement bien, il faut que moi-même je me sente fabuleusement bien», déclarait-il au présentateur vedette américain Charlie Rose, avant que ce dernier ne perde son poste suite à des accusations de harcèlement sexuel.

Meilleur nouvel artiste

Alessia Cara

Les vainqueurs des Grammys Awards
Photo AFP

La chanteuse canadienne Alessia Cara a remporté dimanche la prestigieuse récompense de Révélation de l’Année, une performance pour cette jeune femme venue à la pop après avoir commencé en faisant des vidéos dans sa chambre.

Originaire de la banlieue de Toronto, Alessia Cara, 21 ans, était notamment en concurrence avec Julia Michaels et Khalid, avec lequel elle a collaboré sur la chanson anti-suicide 1-800 273 8255.

«Je fais semblant de remporter les Grammys depuis que j’étais enfant, sous la douche», a-t-elle déclaré à l’annonce de sa victoire.

«Il y a des artistes incroyables qui font de la musique incroyable, qui ont besoin d’être reconnus et ne le sont pas toujours en raison de concours de popularité et de sombres calculs», a-t-elle ajouté. «C’est assez malheureux, et donc je voudrais encourager tout le monde à soutenir la vraie musique et de vrais artistes, car tout le monde doit avoir la même chance.»

Meilleur album de rap

Kendrick Lamar, DAMN.

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Le rappeur Kendrick Lamar a pris les commandes du début de la cérémonie des Grammy Awards dimanche à New York, avec déjà cinq récompenses et une prestation scénique très politique, qui a enflammé la salle et les réseaux sociaux.

L’artiste hip-hop a raflé les quatre prix de la catégorie rap, ainsi que le trophée de la meilleure vidéo pour «Humble».

Meilleur album rock

The War on Drugs, A Deeper Understanding

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Meilleur album vocal pop

Ed Sheeran, Divide

Les vainqueurs des Grammys Awards
Photo d'archives, Ben Pelosse

Le chanteur pop britannique Ed Sheeran, auteur du tube «Shape of You», a remporté deux Grammys dimanche à New York, même s’il a été écarté des catégories reines des récompenses de la musique américaine.

Sheeran, 26 ans, a, avec son album «Divide», décroché le Grammy de «Meilleur album pop vocal», devant Lady Gaga, les rockeurs de Coldplay ou Kesha.

Il a aussi emporté le trophée de «meilleure performance pop en solo» pour «Shape of You», l’un des tubes de cet album à l’immense succès commercial, avec «Castle on the Hill» ou «Perfect», devant, là encore, Lady Gaga et Kesha.

Meilleur album de musique alternative

The National, Sleep Well Beast

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Meilleur album de musique du monde

Ladysmith Black Mambazo, Shaka Zulu Revisited: 30th Anniversary Celebration

Les vainqueurs des Grammys Awards
AFP

Meilleur album de musique électronique/dance

Kraftwerk, 3-D The Catalogue

Les vainqueurs des Grammys Awards
Photo Facebook

 

Près d’un demi-siècle après sa création, le légendaire groupe allemand de musique électronique Kraftwerk a décroché dimanche son premier Grammy Award, dans la catégorie du meilleur album dance et électronique, pour son disque live «3-D The Catalogue».

L’album est un enregistrement sonore accompagné d’un documentaire sur une série de concerts réalisés dans des grands musées du monde, notamment la Tate Modern à Londres ou le Museum of Modern Art (MoMA) de New York.

Lors du mixage, le son du public a cependant été effacé, afin que l’enregistrement ne comprenne que la musique jouée sur scène.

Kraftwerk est considéré comme le groupe fondateur de la musique électronique, qui dès le tout début des années 70 a utilisé des synthétiseurs, des vocodeurs (dispositif de traitement de la voix) et des machines de son invention, mais aussi des arrangements minimalistes et des boucles rythmiques répétées inlassablement.