/24m
Navigation

Les Fermes Lufa : l’agriculture réinventée

Samedi et dimanche, plus de 1000 personnes ont visité la première serre commerciale au monde à avoir été aménagée sur un toit, dans le cadre de journées portes ouvertes organisées par les Fermes Lufa.
Photo Agence QMI, NADIA LEMIEUX Samedi et dimanche, plus de 1000 personnes ont visité la première serre commerciale au monde à avoir été aménagée sur un toit, dans le cadre de journées portes ouvertes organisées par les Fermes Lufa.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Des centaines de curieux ont fui l’hiver en visitant durant le weekend une serre des Fermes Lufa, située sur le toit d’un édifice d’Ahuntsic-Cartierville à Montréal et où les températures surpassent 25 degrés Celsius.

Samedi et dimanche, plus de 1000 personnes ont visité la première serre commerciale au monde à avoir été aménagée sur un toit, dans le cadre de journées portes ouvertes organisées par les Fermes Lufa.

Sur place, ils en ont appris davantage sur l’hydroponie, cette technique horticole par laquelle les plants poussent hors terre, dans un substrat de fibres de noix de coco alimenté en eau et en nutriments.

Faire ses preuves

L’entrepreneur Mohamed Hage et la biochimiste Lauren Rathmell, fondateurs des Fermes Lufa, inauguraient en 2011 cette serre faisant 32 000 pieds carrés. Les temps ont bien changé depuis l’époque où ils devaient zieuter Montréal par l’entremise de Google Maps pour trouver des toits potentiels pour y apposer une serre.

Sept ans plus tard, « la compagnie a fait ses preuves », se réjouit le coordonnateur des communications Simon Garneau. Des propriétaires d’immeubles appellent directement les Fermes Lufa pour proposer leurs toits. Ils commencent à comprendre que « tout le monde y gagne. »

« La serre profite de toute l’énergie résiduelle qui s’échappe par le toit de l’édifice, qui est habituellement gaspillée et qui se dissipe dans la ville, explique-t-il. Mais, ça marche dans les deux sens. La serre agit comme un tampon protecteur alors ça coupe les frais de chauffage et de climatisation de l’édifice en dessous. »

L’entreprise inaugurait en 2013 une serre à Laval et l’an dernier, une autre à Anjou. L’entreprise travaille présentement pour établir une quatrième serre.

Un intérêt grandissant

Les Fermes Lufa livrent 10 000 paniers de légumes frais et d’autres produits de producteurs partenaires par semaine dans plus de 350 points de distribution à Montréal et aussi loin qu’à Gatineau, Sherbrooke, Québec et Trois-Rivières. « On touche environ 2 % des foyers montréalais et on fournit des ingrédients pour environ 3 millions de repas par année », souligne M. Garneau.

Les consommateurs apprécient la fraicheur des légumes des Fermes Lufa et le fait qu’ils soient exempts de pesticides synthétiques. L’entreprise cherche aussi à éduquer les Montréalais à un mode d’alimentation plus durable, où le gaspillage alimentaire est réduit et où l’achat local est encouragé.

Le légume moyen qui se retrouve dans notre assiette a parcouru en moyenne 2200 kilomètres, explique Simon Garneau aux groupes de visiteurs qui visitent la serre. « Elles sont habituellement cueillies vertes. »

« Nous, on veut que nos légumes soient cueillis le jour même [où ils sont distribués], murs, uniquement quand ils sont vraiment prêts et jamais réfrigérés », précise-t-il.