/news/currentevents
Navigation

Sensibiliser aux dangers de la drogue: un père vit le deuil par l’écriture

Par ses textes, il veut que la mort de son fils de 27 ans éveille aux dangers des drogues

Médecin et poète, Francis Pelletier espère que ses écrits permettront à d’autres d’éviter le destin tragique de son fils, que l’on voit bébé sur la photo.
PHOTO AXEL MARCHAND-LAMOTHE Médecin et poète, Francis Pelletier espère que ses écrits permettront à d’autres d’éviter le destin tragique de son fils, que l’on voit bébé sur la photo.

Coup d'oeil sur cet article

« Cette nuit, mon fils Alexandre ne s’est pas relevé de sa dernière chute. Le mal de mer n’est rien à côté de celui du mal de vivre. Quelques pilules l’auront réglé à jamais... »

C’est en ces mots que Francis Pelletier, médecin, poète et photographe, a annoncé le décès de son fils Alexandre âgé de 27 ans sur sa page Facebook, le 17 janvier dernier.

« Sa mort doit servir à quelque chose. Ma plus grande qualité est de mettre des émotions en mots », explique le résident de Nicolet, actif dans le domaine des arts depuis une quarantaine d’années.

Les problèmes de consommation de stupéfiants d’Alexandre Pelletier étaient connus de la famille depuis longtemps. Ils transparaissent dans plusieurs textes que son père a publiés.

« Sa souffrance n’a jamais été plus forte que son plaisir. Il n’a jamais admis qu’il avait un problème », confie avec franchise Francis Pelletier, qui dirige Les Pelleteurs de nuages, une entreprise de création artistique.

Alexandre Pelletier, Décédé
Photo courtoisie
Alexandre Pelletier, Décédé

 

Facile d’accès

« Avec internet et le dark web, cela amène la facilité d’accès aux produits, dénonce M. Pelletier. La drogue vendue dans la rue est déjà dangereuse, alors quand cela vient de l’étranger, il y a encore moins de contrôle. »

Il espère que son expérience aura un effet sur les « hésitants » à sauter dans les paradis artificiels.

« On aura beau emprisonner des gens et fermer des labos, le nerf de la guerre, c’est la demande », affirme-t-il.

Intimidation

Alexandre est décrit comme un jeune homme généreux et aimant par ses proches qui l’ont toujours supporté. Sa descente aux enfers a commencé au secondaire alors qu’il était victime d’intimidation.

« Il était très sensible et avait une grande culture. Il ne correspondait pas au canevas d’un consommateur de drogue », mentionne son père, qui aurait voulu voir le talent de son fils éclore.

Ironie du sort ou troublante coïncidence, Francis Pelletier planchait récemment sur la création d’un recueil de textes et de photos intitulé Je te souhaite... Un baume pour le cœur et l’âme, presque prémonitoire des évènements à venir pour son fils.

Shanya Todd, Copine du défunt
Photo courtoisie
Shanya Todd, Copine du défunt

 

Livre

Il y a d’ailleurs ajouté plusieurs textes rédigés depuis le décès de son fils ainsi que des messages de sympathie qui l’ont touché, dont celui de la copine d’Alexandre, Shanya Todd, âgée de 19 ans.

Alexandre Pelletier avait déjà fait six cures de désintoxication, toutes infructueuses. La plus récente était l’été dernier et n’a duré que quelques jours.

« La drogue avait pris le dessus sur lui, mentionne en larmes sa copine. Il voulait s’en sortir, mais il n’était pas capable. »

C’est elle qui l’a découvert inanimé vers 3 h du matin dans leur appartement de Trois-Rivières.

Selon elle, ce soir-là, il avait consommé des pilules bleues, probablement des copies d’oxycodone.

« C’était peut-être coupé avec du fentanyl. Il en a peut-être pris une de trop ou fait un mauvais mélange », laisse-t-elle tomber.

Une enquête du coroner a été ouverte pour déterminer les causes exactes de son décès.

Extraits de je te souhaite

« On a beau savoir que quelqu’un qui grimpe une falaise abrupte à mains nues risque sa vie... on espère toujours qu’il atteigne un jour le sommet, et l’annonce de sa chute demeure brutale. »

« À qui a traversé, traverse ou traversera une tempête sur la mer imprévisible de la vie... Bref, à toi ! »

« Je te souhaite... la lucidité d’être ce que tu es, et la ténacité de devenir ce que tu veux. »

« Mon fils, je sais que tu traverses une période difficile... C’est éprouvant, mais ce sont les étapes les plus importantes et les plus intéressantes de notre vie, celles qui nous apportent et nous apprennent le plus. »