/sacchips/zonepolcan
Navigation

Maxime Bernier courtisé par les conservateurs ontariens

Maxime Bernier courtisé par les conservateurs ontariens
Archive - Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le seul problème : la Beauce n’est pas en Ontario.

Le député beauceron Maxime Bernier soutient avoir été approché par plusieurs militants conservateurs pour se présenter à la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario. Le poste est vacant depuis la démission de Patrick Brown, visé par des allégations d’inconduite sexuelle. (hyperlien)

Toutefois, un problème de taille a stoppé les ardeurs de celui qui est arrivé deuxième à la course au leadership du Parti du conservateur du Canada. Il n’a pas le temps de devenir Ontarien avant les prochaines élections. Il faut résider en Ontario depuis 6 mois pour être candidat et le prochain scrutin est en juin prochain, soit dans 4 mois et des poussières.

Une chaude lutte à prévoir

Pris par surprise, le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario doit se trouver un chef en toute vitesse. Les conservateurs avaient le vent dans les voiles avant que le scandale ne les éclabousse. Ils étaient premiers dans les sondages depuis plusieurs mois et ils avaient même déjà dévoilé leur plateforme électorale.

Les 200 000 membres du parti devront donc voter en mars pour trouver leur nouveau représentant et les spéculations vont bon train. Parmi eux, l’ancien maire de North Bay, Vic Fedeli, qui agit provisoirement comme chef du parti, et Doug Ford, le frère du défunt maire de Toronto, ont confirmé leur intention de se présenter. Il y a aussi Caroline Mulroney (hyperlien), la fille de l’ex-premier ministre du Canada Brian Mulroney, qui laisse planer le doute sur une éventuelle candidature.

La Zone PolCan est une sorte de rapport quotidien sur l’actualité fédérale, mais racontée à notre manière. Ce sera l’occasion de vous faire un peu vivre la politique, mais en vous présentant des choses que vous ne verrez pas aux nouvelles.