/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi cette haine ?

Coup d'oeil sur cet article

C’était l’heure de la prière du soir à la grande mosquée de Québec. Des hommes agenouillés, des femmes recueillies à l’étage. Et le silence du recueillement. Puis, vers 19 h 45 surgit l’horreur sous les traits d’un tireur illuminé qui, un an plus tard, n’a toujours pas clarifié le pourquoi de son acte mortel.

Je fais exprès de ne pas le nommer. Il ne le mérite pas. Pas de gloire pour les tueurs. Six hommes ont perdu la vie à cause de lui. Il y a un an jour pour jour. Des dizaines de proches les pleurent toujours. Et il y a tous les autres qui se demandent encore comment telle tragédie a pu avoir lieu chez nous.

Incompréhension

Je n’ai pas la réponse. Je cherche encore où tout cela a dégénéré. Toute cette haine pour les Québécois musulmans, tous mis dans le même panier. D’un amalgame à un autre, avons-nous contribué à ce que se ferme peu à peu notre tolérance à l’autre ? Je ne veux pas relancer la grande entreprise d’autoflagellation qui a suivi la tuerie l’an dernier. Ce fut assez douloureux comme ça. Et c’était inutile. La preuve, c’est qu’on n’est pas plus avancé aujourd’hui. La justice n’a pas retenu d’accusation d’acte terroriste contre le présumé tueur, dont le procès va commencer fin mars. Nourrissait-il une haine pour les musulmans au point de vouloir les tuer ? Faisait-il partie d’un groupe radicalisé d’extrême droite ? Est-il juste profondément malade ? Les mêmes questions demeurent.

Islamophobes

En un an, on a trop parlé de notre supposée islamophobie et pas assez réfléchi à la gravité de l’accusation. Faute de pouvoir s’exprimer sinon qu’en se justifiant, des citoyens inquiets d’un certain radicalisme ont préféré se taire. Que des Québécois soient devenus réfractaires à l’islam, il ne fait aucun doute. On peut comprendre.

Cela fait le jeu de certains musulmans, autoproclamés porte-parole de leur communauté, qui prennent plaisir à mettre de l’huile sur le feu. Arrêtons de leur donner un micro. Et que les autres musulmans, qui ne demandent pas mieux que de s’intégrer, les fassent taire. N’hésitons pas à remettre à leur place ceux qui nourrissent la haine. Quelle qu’elle soit.