/auto/reviews
Navigation

Cadillac a maintenant un modèle qui se conduit tout seul... ou presque

Cadillac CT6
Cadillac

Coup d'oeil sur cet article

La voiture autonome est sur toutes les lèvres dans le monde automobile.

À peu près tous les constructeurs rêvent de devenir les premiers à offrir un véhicule qui pourra se déplacer du point A au point B sans l’intervention d’un conducteur. Et même si on n’en est pas encore là, force est d’admettre que c’est de plus en plus plausible.

Au point où certaines marques automobiles présentent désormais des modes de conduite «semi-autonomes» qui permettent à un véhicule d’assister le conducteur dans ses déplacements, particulièrement sur l’autoroute.

Avec son système Super Cruise, Cadillac fait partie du lot.

Cadillac CT6
Cadillac

 

Même s’ils peuvent théoriquement se déplacer sur l’autoroute sans problème grâce à des caméras qui détectent les lignes sur la chaussée et à un régulateur de vitesse qui s’adapte aux véhicules environnants, la majorité de ces systèmes continuent de nécessiter une attention constante du conducteur.

Chez Nissan ou chez Mercedes-Benz, pour ne nommer que ceux-là, le système de conduite autonome cessera de fonctionner s’il détecte que vos mains ne touchent pas au volant pendant quelques secondes à peine.

Chez Cadillac, on a décidé d’y aller avec une approche un peu plus directe. Tant et aussi longtemps que le système Super Cruise est capable d’opérer, il laisse le conducteur en plan et s’occupe de tout. Même pas besoin de toucher à quoi que ce soit.

Sur l’autoroute, une petite icône verte représentant un volant s’illumine sur le tableau de bord, indiquant au conducteur que Super Cruise est prêt à prendre le contrôle. Ne suffit plus qu’à appuyer sur un bouton utilisant le même symbole à la gauche du volant, et le tour est joué.

Cadillac CT6
Cadillac

 

Toujours au volant, une barre verte apparait alors sur la partie supérieure, confirmant que le conducteur peut laisser sa voiture faire le travail.

Cadillac CT6
Cadillac

 

Soucieux d’éviter de tristes incidents, les ingénieurs de Cadillac ont tout de même trouvé un moyen de s’assurer que le conducteur demeure attentif à ce qui se passe sur la route, même lorsque Super Cruise est activé.

Au lieu de faire comme les autres constructeurs et de se servir de la pression exercée sur le volant pour mesurer l’attention, Cadillac a plutôt installé une petite caméra sur le tableau de bord, juste devant votre visage.

Cadillac CT6
Cadillac

 

Si le système détecte que le conducteur n’est plus assez attentif, la lumière verte sur le volant passe au rouge et un message sur le tableau de bord commande de reprendre le contrôle de la voiture. Le siège avant gauche se met aussi à vibrer. Impossible de l’ignorer.

Cadillac CT6
Cadillac

 

Et si, par malheur, le conducteur ne peut pas reprendre le contrôle parce qu’il souffre d’un malaise ou parce qu’il s’est simplement endormi, le véhicule ralentira progressivement jusqu’à en arriver  à un arrêt complet et contactera même les services d’urgence via OnStar.

Les joies de l’hiver

Pour l’instant, la CT6 2018 est le seul modèle de Cadillac à proposer le système Super Cruise au Canada. Et tant qu’à la mettre à l’essai, j’en ai profité pour le faire en plein durant l’hiver, sur les routes du Québec.

Au cours de la première semaine, la météo était si chaotique et les routes si enneigées que je n’ai jamais aperçu le symbole de volant indiquant la disponibilité de Super Cruise. De Montréal à Québec, sur une autoroute pourtant assez linéaire, le système de Cadillac est demeuré muet. Inutilisable.

Quelques jours plus tard, sur le chemin du retour vers Montréal, j’ai enfin pu mettre le tout à l’épreuve. Les déneigeuses avaient eu le temps de faire leur travail et les lignes sur la chaussée de l’autoroute 40 étaient enfin visibles.

Durant des dizaines de kilomètres, la CT6 a gardé le cap, me permettant de relaxer un peu le long de ce parcours de trois heures. Tout en gardant les yeux droit devant, évidemment. Toutefois, Super Cruise ne fait pas de changements de voie par lui-même. Si vous voulez dépasser, donc, pas le choix de reprendre le contrôle du volant. Plutôt décevant, pour un système d’une telle envergure. Surtout quand on sait que Mercedes le fait depuis quelques années déjà.

Mis à part ce petit désagrément, le système fait franchement bien le travail. J’aime conduire et je ne suis pas particulièrement fan de toutes ces technologies visant à remplacer le conducteur. Sauf que sur la 40, j’avoue que je trouve parfois le temps long.

Il m’est aussi arrivé à quelques reprises de devoir reprendre le contrôle à l’approche de courbes trop prononcées ou quand la voiture approchait d’un tronçon de route complexifié par quelques sorties. Reste qu’avec Super Cruise, General Motors prouve qu’elle est sérieuse dans ses démarches pour un avenir où le conducteur sera de plus en plus assisté... et même remplacé. 

Attendez-vous à voir ce système de conduite semi-autonome se développer au cours des prochaines années. Mais surtout, et c’est là que ça devient intéressant, attendez-vous à ce qu’il devienne bientôt disponible dans d’autres modèles plus abordables chez Cadillac, et même chez les autres marques de General Motors.

C’est l’avenir, y paraît.