/opinion/columnists
Navigation

Caillou est un p’tit crisse

Caillou est un p’tit crisse
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

J’aimerais revenir sur ma chronique d’hier concernant les enfants qui se foutent complètement de l’autorité et qui envoient promener leurs professeurs.

Un lecteur, Jean-Philippe, m’a envoyé un message très intéressant sur le sujet.

« Notre modèle social nous encourage à domper nos enfants à la garderie à partir de neuf mois pour mener une vie de fou toute la journée, car l’État s’occupe d’eux jusqu’à 18 heures.

« Pas étonnant que les parents ne soient pas forts sur la discipline : ils ne veulent pas gâcher le peu de temps qu’ils passent avec leurs enfants en se chicanant avec eux... »

UNE VIE DE FOU

Je crois que ce lecteur met le doigt sur une bonne partie du problème.

On court à droite et à gauche toute la journée : la job, les rendez-vous, mener le petit à la garderie, la grande à l’école, les lunchs, n’oublie pas ton sac pour ton cours de natation, chercher les enfants chez l’ex, le souper, les devoirs, le bain, les cours de ballet ou de hockey le week-end, ramener les enfants chez l’ex, le dentiste, la clinique, l’épicerie, le nettoyeur, préparer une présentation PowerPoint pour la réunion, les messages texte, les courriels, les conférences téléphoniques, le chien, les chats, le garage, le lave-auto, l’assureur, la banque, la piscine, le déneigement, le gazon, la pharmacie, installe les décorations d’Halloween, enlève les décorations d’Halloween, installe les décorations de Noël, enlève les décorations de Noël, les poubelles, le souper chez maman, le brunch avec les amis, l’anniversaire de mariage, les funérailles de mononcle, le TDAH du cadet, les broches de l’aînée, cuisiner comme Ricardo Larrivée, décorer comme Saskia Thuot, baiser comme le conseille Julie Pelletier, s’entraîner comme Josée Lavigueur, surveiller son alimentation comme Isabelle Huot...

Ouf !

On passe combien de temps de qualité avec nos enfants dans une semaine entre tout ça ?

Une heure ?

Et on la passerait à jouer à la police ?

ROND ROND PETIT PATAPON

Résultat : l’autorité prend le bord et nos enfants font plus ou moins ce qu’ils veulent.

De toute façon, l’autorité, c’est passé date.

Ça appartient au vieux monde des hommes, c’est masculin, poilu, patriarcal.

Préhistorique.

Aujourd’hui, on est dans le réconfortant, le mou, le coton, l’enveloppant, le doux, le maternel.

Le parent est un ami, le policier est un travailleur communautaire, le patron est un collègue, le prof est un accompagnateur, la prison est un milieu de vie, le directeur d’école est un cadre...

Avant, à la récré, tu recevais parfois le ballon dans la face. Aujourd’hui, tu ne peux plus jouer au ballon, car tu risques de le recevoir dans la face.

Naguère, tu pouvais diriger un parti avec une poigne de fer. Maintenant, ça prend une rassembleuse avec un sourire chaleureux et réconfortant.

On lime tout ce qui peut paraître abrasif, corrosif, décapant, hiérarchique.

Le vertical a cédé la place à l’horizontal.

Si ça continue comme ça, aux Olympiques, on va donner des médailles à tous les athlètes.

UN ENFER PASTEL

Nous vivons maintenant dans le monde feutré de Caillou.

Avec une mère parfaite et patiente qui ne lève jamais la voix, même si le p’tit crisse vide un gros sac de farine sur le tapis du salon.