/news/currentevents
Navigation

Une grève de la faim fait bouger Québec

Une grève de la faim fait bouger Québec
Photo Dave Parent

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ANDRÉ-D’ARGENTEUIL | L’homme des Laurentides qui faisait la grève de la faim dans une maison sinistrée afin que Québec débourse les sommes promises après les inondations du printemps a finalement eu gain de cause.

Après la publication d’un article dans Le Journal de Montréal mardi, ses beaux-parents, propriétaires de la résidence située à Saint-André-d’Argenteuil, ont appris qu’ils recevront un chèque d’ici deux semaines.

Anne-Marie Forget a obtenu confirmation que le ministère de la Sécurité publique verserait une bonne partie des sommes promises dans les 14 prochains jours.

Son gendre Alexandre Casavant a donc cessé sa grève de la faim en début de soirée mardi.

« Je lui ai ordonné de retourner chez lui. Il n’était pas déçu, lui aussi était très fatigué, très brûlé », explique Mme Forget.

Bien qu’elle soit heureuse que son dossier soit enfin réglé, Mme Forget demeure un peu amère d’avoir été contrainte de se battre à ce point.

« C’est certain que si on n’avait pas brassé les choses, le chèque n’aurait pas été débloqué aussi vite », estime-t-elle.

Vendredi dernier, Alexandre Casavant s’était installé sur un lit de camp dans la maison sinistrée. Il avait entamé une grève de la faim pour sensibiliser la population et le gouvernement aux problèmes de ses beaux-parents.

La CAQ s’en mêle

Mis au fait du dossier de Mme Forget, la Coalition avenir Québec a tenu à rappeler que plusieurs autres cas de sinistrés à travers la province traînent encore en longueur.

« On rit littéralement de la situation de certains sinistrés en perdant leur dossier, en leur demandant de refaire des demandes qui ont déjà été déposées en bonne et due forme », déplore Benoît Charette, député caquiste de Deux-Montagnes.

-Avec la collaboration de monjournal.ca