/sports/hockey/canadien
Navigation

«Il faut trouver le moyen de marquer» – Claude Julien

Claude Julien
Photo d'archives Martin Chevalier Claude Julien

Coup d'oeil sur cet article

ST. LOUIS | Claude Julien en avait parlé à ses joueurs avant la rencontre et même, a-t-il avoué, pendant les deux entractes. Le message n’a toutefois pas été capté.

« De la manière dont se comporte récemment le gardien des Blues, Carter Hutton, a indiqué l’entraîneur en chef du Canadien, il fallait provoquer de la circulation devant son filet pour le déranger et nous donner des chances de marquer.

« Mais, nous n’avons pas réussi.»

Le Canadien a bien entrepris la rencontre en obtenant les dix premiers tirs avant que les Blues réussissent enfin à tester Carey Price.

« J’ai trouvé qu’on avait joué une bonne première période, a poursuivi Julien, et ça aurait été bon de rentrer au vestiaire avec une avance. Je pense qu’un but de notre part aurait fait une différence sur l’allure du match. »

Le tout s’est gâté par la suite, et Julien n’a pas manqué de le souligner dans son point de presse d’après-match.

« En deuxième, on n’a pas eu beaucoup de chances de marquer et les deux pénalités nous ont forcés à jouer à quatre contre cinq, a-t-il souligné. Encore là, il faut trouver le moyen de marquer, c’est aussi simple que ça... »

Un point... positif

Dans la défaite, Julien a eu néanmoins un bon mot pour sa brigade défensive, qui, contrairement à sa tenue chancelante contre les Hurricanes de la Caroline, jeudi dernier au Centre Bell, s’est montrée disons... moins vulnérable.

« Non seulement les défenseurs ont été plus alertes, a constaté Julien, ils ont également su éviter les revirements. »

Mais c’est à ses joueurs d’avant, encore une fois, qu’il a formulé ses critiques les plus sévères. Encore et encore le même refrain de sa part.

« Maintenant, c’est à l’attaque de faire sa part, dit-il. Quand tu es incapable de réussir à percer le filet adverse, on donne des chances à l’adversaire de prendre les devants. Eux, en contrepartie, ont su profiter de leurs occasions pour prendre les devants et gagner le match. »

Rien d’alarmant

Julien s’est fait par ailleurs rassurant quand on lui a demandé des nouvelles de Paul Byron. « Je n’ai entendu rien d’alarmant dans son cas », a -t-il conclu.