/sacchips/mishmash
Navigation

La grève des chauffeurs d'autobus

La grève des chauffeurs d'autobus

Coup d'oeil sur cet article

Salut.

«Dans mon temps, on marchait pour aller à l’école». Cette phrase là, on l’a entendue mille fois de la bouche de nos parents. Ben moi mes enfants ne l'entendent pas parce que je prenais l’autobus pour aller à l’école. Et là, avec la grève des chauffeurs d’autobus, ben y vont pouvoir le dire! C’est environ 15 000 élèves qui devront marcher et faire renaître une belle tradition orale...pendant deux jours. Tant qu’à moi, y devraient marcher tout le temps. Y seraient plus fatigués le soir venu.

Plus sérieusement, avez-vous déjà conduit avec mettons trois enfants sur la banquette arrière? Je le fais régulièrement et ce n’est pas de tout repos... imaginez 35 enfants. C’est le bordel assuré. Ces messieurs et ces madames qui reconduisent nos enfants ont émis un non catégorique à 98% de la proposition de leur patron de geler les salaires sur les 5 prochaines années. Un salaire bien souvent en deçà de 20 000$. On s’entend que ce n’est pas une job étudiante, que la responsabilité qu’ont ces gens est pas mal grande pour un aussi petit salaire.

Comment relativiser ça pour mettre les choses au clair? Pensez à la petite voisine qui vient garder vos cocos et qui demande à peu près 5$ de l’heure par enfant. C’est, disons, raisonnable. Donc si on se fie à ce calcul simple, un chauffeur pourrait demander autant, sinon plus parce qu’il se lève tôt en batard et que souvent il aura à patienter jusqu’à la fin des classes pour terminer son quart de travail. Mettons qu’on place une trentaine d’enfants dans la grosse brouette jaune qui doit sentir le pantalon de neige mouillé à trois coins de rue de distance, cela nous donne un agréable taux horaire de 150 $ de l’heure. Mais non. Ce ne sera jamais autant. Parce que les patrons américains de la flotte en grève n’a même pas le début d’une intention d’améliorer le sort de ses employés du Québec.

Moi j’suis du bord des chauffeurs. Chapeau. Deux petites journées pour faire comprendre que non seulement ils ne sont pas assez payés, ce n’est pas grand chose.

Même que tant qu’à moi, si j’avais à transporter autant d’enfants la même journée, je demanderais un autobus mauve ( j’aime ben ça cette couleur là), je voudrais un jumpsuit en cuir blanc et une ceinture rouge vif (pour le look), je demanderais un système de son assez puissant pour couvrir le son de trente enfants qui reniflent en même temps, je demanderais qu’on me donne une médaille chaque jour où il n’y a pas d’accident et finalement j’exigerais que tout le monde considère mon métier comme celui d’un dieu de la patience.

Donc de simplement demander d’être payés à leur juste valeur...ça ne me semble pas exagéré. Bonne grève!