/news/society
Navigation

Les transgenres pourront choisir entre une prison pour femmes ou pour hommes

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Les transgenres pourront dorénavant choisir d'être incarcérés dans un pénitencier pour hommes ou pour femmes en fonction de leur identité de genre, a annoncé Service correctionnel Canada (SCC) mercredi.

Dans un communiqué, l'organisme a expliqué qu'un délinquant transgenre pourra choisir son lieu d'incarcération «indépendamment de son anatomie ou du genre inscrit sur ses documents d'identité, à moins qu'il existe des préoccupations majeures liées à la santé ou la sécurité qui ne peuvent être résolues».

Les employés de SCC seront aussi tenus d'utiliser le nom et le pronom préféré du prisonnier, à la fois dans à l'oral et dans les documents écrits.

«Ces modifications permettront d'améliorer la sécurité et la dignité des délinquants transgenres sous responsabilité fédérale au Canada, touchant tous les aspects de leur vie quotidienne», a expliqué Jennifer Metcalfe, la directrice générale de Prisoners' Legal Services, un organisme qui a contribué à l'implantation des changements.

«Nous sommes heureux de voir que ces améliorations importantes deviennent réalité pour les délinquants transgenres et leurs familles. C'est une question de respect et de dignité auxquels a droit tout être humain, y compris ceux au sein de notre système correctionnel», a ajouté la présidente de la Commission des droits de la personne, Marie-Claude Landry.

Le gouvernement Trudeau avait déposé un projet de loi en mai 2016 pour modifier la Loi canadienne sur les droits de la personne afin d'interdire la discrimination en fonction de l'identité ou de l'expression de genre. L'adoption de cette mesure législative, l'été dernier, a forcé Service correctionnel Canada à adapter sa politique vis-à-vis des transgenres.