/news/education
Navigation

UQAM: Lise Bissonnette quitte la présidence du C.A. et écorche Québec et Ottawa au passage

UQAM
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

La présidente du conseil d’administration de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Lise Bissonnette, a annoncé mardi qu’elle quitte son poste.

Dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien «Le Devoir», Mme Bissonnette a indiqué avoir pris cette décision afin de «retrouver sa liberté de parole».

«Non pas qu’elle ait été contrainte. [...] J’ai plutôt pratiqué un brin d’autocensure induite par le caractère officiel de ma tâche et les obligations diplomatiques qu’elle exige», a-t-elle expliqué.

Mme Bissonnette a notamment profité de sa tribune pour dénoncer la disparité de traitement subie par les universités du Québec, notamment en ce qui concerne le financement étatique et le salaire de la direction.

Mme Lise Bissonnette
UQAM
© Agence QMI/Joël Lemay

«L’État maintient activement des carcans absurdes imposés aux seules universités de l’Université du Québec», a-t-elle indiqué.

Implicite ou explicite, l’insidieuse idée d’une distinction de classe à maintenir entre les universités créées par l’État et les universités dites «à charte» qui ont eu la vertu de naître avant l’UQ par actes privés s’ancre comme jamais au lieu de s’étioler», a-t-elle ajouté.

Malgré les injustices alléguées auxquelles les universités du Québec font face, Mme Bissonnette se dit «enchantée» par la «force intellectuelle» de l’UQAM.

«Je pèse mes mots. Je suis éblouie par l’UQAM d’aujourd’hui, dont je n’ai pas à faire état des statistiques vitales en enseignement, en recherche, en création, en contribution solidaire aux besoins et réflexions de son environnement», a-t-elle indiqué.

Lise Bissonnette était à la tête du C.A. de l’UQAM depuis 2013.