/sacchips/mishmash
Navigation

Ces personnes qui n’ont jamais bu d’alcool (ou presque)

Ces personnes qui n’ont jamais bu d’alcool (ou presque)
Illustration PHILIPPE MELBOURNE DUFOUR

Coup d'oeil sur cet article

Alors que s'amorce le défi « 28 jours sans alcool » de la Fondation Jean Lapointe, il peut être difficile de croire que certaines personnes n’ont jamais consommé d’alcool (ou presque) de leur vie. Pourtant, ces gens au foie pur existent bel et bien et nous avons parlé à trois d’entre eux.

Et soyez-en certains, Deny, Claude et Dave ne sont pas malheureux, bien au contraire!

Deny Poirier, 60 ans

Deny raconte avoir pris 13 bières en 1974... et avoir ensuite été malade pendant trois jours! C’était sa première cuite, et vraisemblablement sa dernière.

Et pourtant, Deny a eu de nombreuses occasions de consommer de l’alcool puisqu’il est... portier dans un bar. « J’ai l’occasion de boire tous les soirs, moi, là! confie-t-il. Je fais la sécurité, il faut que je sois à 100 %. Je n’accepte pas qu’un [membre] de la sécurité fasse ça, alors, moi, il faut que je donne l’exemple en partant. Je dis aux personnes qui veulent me payer quelque chose : “Paie-moi une bouteille d’eau et ça va être correct!” »

Il déclare qu’il n’a pas été élevé dans un environnement qui favorisait la consommation d’alcool. C’était un sportif et, selon lui, grandir aux Îles-de-la-Madeleine ne favorisait pas la consommation d’alcool.

Outre son éducation et ses habitudes sportives, il y a une raison bien simple à la sobriété de Deny. Il n’aime pas le goût des boissons alcoolisées.

« Je vais prendre une bouteille de bière ou une bouteille de vin... La senteur me lève le cœur! » La seule boisson alcoolisée dont il aime l’odeur est le Baileys, « mais il y a de l’alcool dedans. Je vais manger un gâteau forêt-noire et je vais détecter la petite affaire d’alcool. »

Deny, d’autre part, n’a jamais pris de drogue et n’a jamais touché à la cigarette. Ça ne l’attirait pas non plus. « Je ne me tenais pas avec des gangs qui faisaient de la drogue ou des choses de même. Quand je suis arrivé à Québec, j’ai commencé à travailler... Vu que, dans ma jeunesse, je n’avais pas été là-dedans, ç’a continué après. »

Deny est probablement la seule personne au monde qui « adore » les barrages routiers. Lorsqu’il faut reconduire des amis, il lève la main. « Même si ça me fait un détour, ça me fait plaisir! »

L’homme de 60 ans affirme qu’il n’a pas besoin de « boisson pour avoir du fun ». Il prend des shooters avec les gens, mais il demande au serveur de remplir son verre de boisson gazeuse. « J’ai mes trucs, mais ils le savent. Tout le monde que je connais sait que je ne bois pas. Je frappe le verre sur la table comme eux autres! »

Deny Poirier
Photo courtoisie
Deny Poirier

Claude Tremblay, 61 ans

L’histoire de Deny ressemble à celle de Claude. «Je n’aimais pas ça, je n’aimais pas le goût. Ça n’a pas adonné. J’étais dans les sports tout le temps et j’aurais pu en prendre comme j’aurais voulu, mais je n’en ai jamais pris. Je n’aime pas le goût.»

Il a déjà pris une bière... pour faire plaisir à un ami! «Une fois, j’ai pris une bière, parce qu’il y a un de mes chums, dans une soirée, qui me disait : "Hey! goûte donc ça." Alors, je lui ai dit : "Je vais t’organiser ça." Ça a pris deux secondes et je ne l’ai jamais goûtée. Et voilà!»

Quand on ne boit pas, les gens de notre entourage peuvent parfois être insistants. Ce moment en est un bon exemple pour Claude. «L’occasion que j’ai eue d’en prendre une, c’est à cause de ça! À force de me faire tanner... Tous mes chums en prenaient et, moi, je n’en prenais pas.»

Il assure par contre qu’ils ont toujours respecté son choix et que cela n'a jamais nui à sa vie sociale. «Je suis un gars funny, je fais des farces, je conte toutes sortes d’affaires, des histoires, ça passait comme ça!»

Celui qui n’a jamais fumé non plus indique qu’il a souvent mis son chapeau de conducteur désigné. «Quand on avait des soirées et qu’ils avaient besoin d’un chauffeur, c’était moi. Ça ne m’a jamais dérangé.»

«Je prends peut-être deux petites canettes de Pepsi par jour... C’est ça, mon vice!»

Dave Horth, 41 ans

«Je n’ai jamais aimé le goût. J’avais un ami qui m’avait dit : "Plus tu vas en boire, plus tu vas aimer ça."» Mais Dave Horth n'a jamais «aimé ça».

Dave joue à la balle-molle l’été, et, bien entendu, les occasions de prendre de l’alcool sont au rendez-vous. Cependant, ses coéquipiers respectent son choix de ne pas prendre de bière après le match. «À chaque partie, on alterne entre les joueurs pour acheter la caisse de bière... mais il faut toujours qu’il y ait une canette de Pepsi!»

Dave n'a failli être en état d’ébriété qu'une seule fois, à son bal des finissants. «Mes parents m’avaient acheté une bouteille de champagne. C’est la seule fois que j’ai passé proche.»

Même s’il avoue que, plus jeune, il partait plus tôt quand ses amis et lui sortaient dans les bars, il a tout de même du plaisir dans les soirées où les gens boivent autour de lui.

Justement, cet été, lors d’une soirée, il est resté jusqu’à la fin de la fête, puis a reconduit plusieurs de ses amis. «J’ai fait la run de lait! J’avais des amis qui habitaient à Beauport, à Lac-Beauport et sur la Rive-Sud de Québec: je suis arrivé chez nous à 6 h du matin!»

Dave Horth
Photo courtoisie
Dave Horth