/news/politics
Navigation

Couillard a toujours confiance en Lafrenière

Couillard a toujours confiance en Lafrenière
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard croit que le patron de l’UPAC Robert Lafrenière est toujours l’homme de la situation, malgré les révélations sur le climat de travail «pourri» à l’UPAC.

«Il faut dire oui [dire que c'est l'homme de la situation]. Il faut à tout prix maintenir le lien de confiance avec nos institutions. Et toute parole d'un élu, notamment d'un élu gouvernemental sur une institution comme l'UPAC va déstabiliser les institutions et les rendre plus fragiles», a affirmé Philippe Couillard jeudi lors d’un point de presse.

Il était questionné sur les révélations sur le climat de travail «pourri» à l’UPAC ainsi que sur les tractations entourant la date de l’arrestation de Nathalie Normandeau, devancée pour coïncider avec la présentation du budget du Québec en 2016. Cet épisode n’a d’ailleurs eu aucun impact sur le renouvellement du mandat de Robert Lafrenière quelques jours plus tard, a indiqué M. Couillard.

«M. Lafrenière a été nommé à l'issue d'un processus qu'on connaît bien avec un comité de sélection indépendant qui a nommé trois personnes aptes à exercer la fonction et nous avons considéré, j'ai considéré que la question de la continuité dans l'autorité de l'UPAC était importante», a expliqué le premier ministre.

M. Couillard «voit bien» par ailleurs les révélations sur le climat de travail de l’escouade policière. «C'est important, mais est-ce que c'est à moi, comme élu, de faire un commentaire sur le climat de travail d'un corps policier? Je ne crois pas», a-t-il indiqué.

Il a rappelé qu’un projet de loi présentement à l’étude et qui transformera l’UPAC en corps policier indépendant va aussi créer un comité de surveillance «qui fera rapport à l’Assemblée nationale sur ces questions».