/opinion/columnists
Navigation

Les bombes à fragmentation

Coup d'oeil sur cet article

Les attentats sont toujours des bombes à fragmentation. Pour semer la peur, ils tuent les uns et en laissent d’autres grièvement blessés. Ils arrachent le cœur aux familles des victimes en leur arrachant brutalement leur être aimé.

Ils laissent des amis endeuillés pour le reste de leur vie. Ils obligent les premiers répondants à voir des horreurs qu’ils n’auraient jamais dû voir. Les auteurs d’attentats, lorsqu’ils survivent eux-mêmes, comptent fièrement leurs morts tout en oubliant tous ceux et celles qui en sortent profondément éplorés et traumatisés.

Lettre crève-cœur

Il y a un an, l’attentat meurtrier au Centre culturel islamique de Québec n’a pas fait exception. Hier, Radio-Canada rendait publique la lettre crève-cœur des parents du jeune Alexandre Bissonnette, l’auteur présumé de la tuerie. Eux aussi font partie des victimes de cette bombe à fragmentation.

Parlant enfin du cauchemar qu’ils vivent de leur côté, Manon Marchand et Raymond Bissonnette écrivent : « Alexandre demeure notre fils que nous aimons et qui fera toujours partie de notre famille. Comme tous les parents, nous avions espoir de le voir réussir et être heureux dans la vie. Dans un sens, nous avons nous aussi perdu un fils. »

Humanité partagée

Depuis l’attentat, malgré leur peine inconsolable, les familles des victimes ont exprimé leur grande reconnaissance à tous ceux et celles qui, de près ou de loin, les ont soutenues et épaulées. Cette expression même de gratitude dans des circonstances aussi extrêmes témoigne de leur courage et de leur immense générosité de cœur.

Malgré leur propre douleur indicible, les parents d’Alexandre Bissonnette remercient à leur tour l’imam Hassan Guillet et « tous ceux qui ont pris le temps de nous témoigner leur support, parents, collègues, amis, voisins et même des inconnus. Leurs paroles et gestes réconfortants nous ont donné du courage et nous aident à continuer ».

Même au travers de cette épreuve inimaginable, la gratitude exprimée par tous ces gens durement éprouvés est bouleversante d’humanité partagée.