/news/currentevents
Navigation

Un des pires sadiques sexuels du Québec déclaré délinquant dangereux

François Dulude
Photo courtoisie, SPVM François Dulude

Coup d'oeil sur cet article

Un des pires sadiques sexuels du Québec vient d'être étiqueté délinquant dangereux, en plus d’écoper de 15 ans de pénitencier pour des agressions qui, a dit le juge, ont été «d’une brutalité sans nom».

«[François Dulude] constitue un danger pour autrui, il est incapable de contrôler ses pulsions sexuelles, le risque de récidive est d’une certitude absolue», a lancé le juge Thierry Nadon ce jeudi au palais de justice de Montréal.

Assis dans le box des accusés, Dulude, 28 ans, a écouté ces paroles sans broncher. Il est resté impassible tout au long de l’audience, même quand le magistrat a rappelé que «seuls un ou deux agresseurs auront un score plus élevé» que lui dans des tests sur la déviance sexuelle.

Dulude, qui avait des antécédents en matière de crimes sexuels, s’était transformé en véritable prédateur le 3 novembre 2016. Cette nuit-là, il se trouvait sur le Plateau-Mont-Royal à la recherche d’une proie. Il était alors en probation pour une violente agression sexuelle survenue en 2013.

Calvaire «à glacer le sang»

Après avoir tenté en vain de violer deux passantes, il a traqué une troisième victime puis l'a traînée dans un coin discret.

«Tu mérites d’être violée parce que t’es belle, je vais te démolir la face, tu vas mourir aujourd’hui», lui a-t-il dit, ajoutant avoir le sida.

L’agression, d’une violence inouïe, a duré jusqu’au petit matin. Le juge a qualifié l’agression «d’épouvantable, à glacer le sang, horrible».

Les trois femmes attaquées par Dulude cette nuit-là ont toutes subi un traumatisme important. Celle qui a vécu l’enfer a, depuis, quitté le pays, et ses rêves ont été brisés.

Récidive garantie

Bien qu’il ait plaidé coupable, Dulude a minimisé la gravité de ses gestes. Selon des experts, il éprouve une hostilité flagrante envers les femmes et les nombreuses thérapies qu'il a suivies sont restées sans effet.

Lors de tests, il a obtenu la réponse la plus élevée au stimulus de viol avec humiliation, et il est certain qu’il va récidiver s’il n’est pas enfermé loin du reste de la société. On a évalué que dans son cas, sur une période de 10 ans, le risque de récidive est de 100 %.

«Il sera très difficile de le traiter, la possibilité de succès relève du vœu pieux», a affirmé un expert.

Pour l’avocate de la défense Marie-Christine Latour, l’étiquette de délinquant à contrôler aurait été suffisante. La procureure de la Couronne Stécie Jérôme réclamait une déclaration de délinquant dangereux et une peine à durée indéterminée.

Le juge a finalement penché pour la suggestion de la poursuite, condamnant l'accusé à une incarcération de 15 ans. Dulude sera ensuite surveillé pendant 10 ans, soit la période maximale permise par la loi. Une autre année d’incarcération a été ajoutée à cette peine, pour des omissions de se conformer aux ordres du tribunal dans d’autres dossiers.