/news/currentevents
Navigation

Un haut fonctionnaire à l’Emploi est limogé

Il avait reconnu s’être placé en conflit d’intérêts

Francoeur inconduite sexuelle
Photo Axel Marchand-Lamothe Florent Francoeur

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Emploi a montré la porte à un haut fonctionnaire sous sa responsabilité qui avait plaidé coupable à des accusations reliées à des inconduites sexuelles devant son ordre professionnel au début du mois de janvier.

Florent Francoeur, cet ancien directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines qui avait entretenu des liaisons secrètes avec plusieurs de ses employées, a été démis de ses fonctions mardi par le conseil des ministres.

Il était président de la Commission des partenaires du marché du travail depuis 2015 et relevait du ministre François Blais.

« Nous avons racheté la fin du contrat de M. Francoeur, affirme Stéphane Gosselin, directeur de cabinet du ministère. C’était la meilleure option et la plus simple. »

M. Francoeur devrait tout de même percevoir près de 170 000 $ puisque son contrat courait jusqu’en décembre prochain.

Cette décision fait suite à la parution d’un article du Journal le 9 janvier concernant le plaidoyer de culpabilité de l’ex-PDG.

« Il a été demandé par l’exécutif et les membres de la commission de regarder cette situation qui les rendait tous mal à l’aise », ajoute M. Gosselin.

Sur une période de 20 ans, Florent Francœur a eu des idylles avec cinq de ses employées, parfois au même moment, sans qu’elles le sachent, et sans en informer son conseil d’administration.

Conflit d’intérêts

Devant le comité de discipline, il a reconnu s’être placé en situation de conflit d’intérêts par ses inconduites sexuelles.

Il risque la radiation à vie de l’ordre professionnel qu’il dirigeait ainsi qu’une amende de 10 500 $.

Selon M. Gosselin, au moment de sa nomination permanente en 2015 par la commission, rien dans son dossier ne laissait penser qu’une enquête à son sujet était en cours.

« Les accusations ont été déposées contre lui longtemps après son embauche », soutient-il.

L’organisme sera dirigé par deux coprésidents intérimaires issus de la commission jusqu’à l’embauche d’une ressource permanente.