/news/politics
Navigation

Un rapport des Communes appuie l’idée d’une journée contre l’islamophobie le 29 janvier

Un rapport des Communes appuie l’idée d’une journée contre l’islamophobie le 29 janvier
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le 29 janvier doit devenir une journée nationale d’action contre l’islamophobie, propose un rapport déposé jeudi à la Chambre des communes.

Parmi une trentaine de recommandations concernant le racisme et la discrimination religieuse au pays, le rapport du Comité permanent du patrimoine canadien suggère «que le 29 janvier soit déclaré Journée nationale de commémoration et d’activités concernant l’islamophobie et toute autre forme de discrimination religieuse».

Le dépôt du rapport survient trois jours après les commémorations entourant le premier anniversaire de l’attentat de Québec.

Le comité a entrepris cette étude après l’adoption, en mars dernier, de la controversée motion M103 de la députée libérale Iqra Khalid, qui proposait notamment que la Chambre des communes condamne «l’islamophobie et toutes les formes de racisme».

Le rapport déposé jeudi matin apporte de l’eau au moulin de nombreuses organisations musulmanes au pays. Début janvier, le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) avait interpellé Justin Trudeau afin que le 29 janvier, date à laquelle a eu lieu l’attentat qui a fait six morts à la mosquée de Québec l’an dernier, devienne la Journée nationale de commémoration et d'action contre l'islamophobie.

Le gouvernement Trudeau n’a toujours pas fait savoir s’il accéderait à cette demande, répétant seulement qu’il est en réflexion.

Le rapport du comité du patrimoine ne fait pas l’unanimité. Les conservateurs, minoritaires dans le comité, ont présenté un rapport dissident où est suggéré que le 29 janvier soit plutôt désigné «Journée nationale de la solidarité avec les victimes d’actes d’intolérance et de violences antireligieuses».

Selon l’opposition officielle, le terme «islamophobie» n’est pas assez inclusif.