/news/education
Navigation

Inconduite sexuelle: Concordia impliquera davantage les étudiants

Université Concordia
Photo Archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Concordia a décidé vendredi d’impliquer davantage les étudiants dans sa façon de monter son comité de travail sur les violences sexuelles, qui était vivement critiquée par l’association étudiante.

Le Journal publiait jeudi qu’un climat de méfiance règne à Concordia depuis que des allégations d’inconduite sexuelle visant des professeurs ont été rendues publiques il y a trois semaines.

La direction avait notamment annoncé la mise sur pied d’un comité de travail devant revoir les politiques de l’université en matière de violences sexuelles. Or, le syndicat des étudiants de premier cycle reprochait à la direction de vouloir choisir eux-mêmes les étudiants qui siègeront sur ce comité.

L’Université a finalement modifié sa démarche pour que ce soit l’association étudiante qui fasse la sélection des étudiants participant, a indiqué la porte-parole Mary-Jo Barr par courriel vendredi.

«Nous sommes vraiment contents de voir que l’Université accepte que les étudiants du comité soient choisis par leurs pairs», a réagi Leyla Sutherland, coordonnatrice la vie étudiante. 

Bonnes notes seulement

La direction continue toutefois d’exiger que les étudiants sélectionnés aient «de bonnes notes», ce que déplore Mme Sutherland. Ce critère exclut les victimes dont les notes ont été affectées par les inconduites sexuelles de professeurs, indique-t-elle.

Cette mesure «vise à s’assurer que les étudiants en difficulté sur le plan des résultats scolaires se concentreront sur leurs études. Cela étant dit, tous les étudiants, y compris ceux et celles qui sont en difficulté scolaire, auront l’occasion de présenter leur point de vue au groupe de travail dans le cadre du processus de consultation», a expliqué Mary-Jo Barr.