/sacchips/inmybag
Navigation

Pourquoi je ne fais pas le défi un mois sans alcool

Pourquoi je ne fais pas le défi un mois sans alcool

Coup d'oeil sur cet article

Comme vous le savez, on a entamé le fameux mois sans alcool hier. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il s’agit, c’est un défi où tu arrêtes volontairement de boire, soit pour récolter des sous pour la Fondation Jean Lapointe, soit parce que t’aimes vraiment beaucoup l’eau Perrier.

À l’origine, ça avait lieu en mars, mais on s’est vite aperçu que 31 jours sans boire c’est beaucoup trop long. 28 jours c’est parfait; ça dure le temps d’un cycle menstruel et PAS UNE JOURNÉE DE PLUS! Parce que traverser ses règles sans alcool, c’est un bon défi et ça le marketing l’a compris. Pourquoi pensez-vous que la coupe menstruelle ressemble autant à un tout petit verre de vin!?

Vingt-huit jours, c’est juste assez, mais en même temps c’est assez con, parce que février regorge de moments où tu veux de l’alcool. La St-Valentin par exemple. «Chérie, parce que je veux te prouver à quel point tu es importante pour moi et parce que notre amour mérite d’être célébré à sa juste valeur, ce soir je nous gâte au moût de pommes!» Je sais, c’est mêlant les pommes. Ta blonde veut toujours y aller quand c’est le temps, mais quand tu lui en fais boire, tu dors sur le divan.

Moi, si je faisais le mois sans alcool, ça serait uniquement pour m’épargner le moment malaisant au resto quand le serveur te fait goûter un vin et que t’essaies de faire comme si tu t’y connaissais, même si normalement tu cales en cachette le restant de vin de cuisson de tes parents. Je ne suis jamais crédible quand je dois tester un vin. «Mmmm, ok. Belle robe... Ça lui fait des belles fesses.» Mon chum n’est pas vraiment mieux, la dernière fois qu’on nous a demandé ce qu’on recherchait comme bouteille, le connaisseur a répondu «quelque chose de récréatif, un hybride, poussé en serre de préférence.»

Mais s’éviter des malaises au resto n’est pas le seul avantage à arrêter de boire. Quand tu ne bois pas, tu réduis tes chances de te ridiculiser. Tu évites de texter ton ex à 3 h du matin, tu ne te retrouves pas les boules à l’air à faire des body shots sur le comptoir du bar, tu n’utilises pas l’expression vindredi.

Arrêter de boire, c’est retrouver ta crédibilité: tu t’exprimes mieux, tu marches mieux et t’arrêtes de rire aux blagues de François Massicotte.

Arrêter de boire, c’est aussi faire preuve d’un meilleur jugement et ne pas te retrouver à penser: «me semble que ce serait une bonne idée que je m’inscrive à Coup de foudre...»

Arrêter de boire, c’est aussi faire des meilleurs choix et ne pas te retrouver à penser: «je suis pas mal sur que ça va être un bon move pour ma carrière d’animer Coup de foudre!»

L’alcool n’est pas seulement vicieux, l’alcool est voleur. J’ai perdu tant de choses seulement parce que j’étais saoule! Un portefeuille, un manteau, ma virginité.

En même temps, on est en 2018, ce n’est pas comme si on n’avait aucune autre option! C’est bien correct de ne pas vouloir boire. Tu peux prendre de la coke, de la MD, des Tide pods!

Quoique pour certains, l’alcool est essentiel. Imaginez le nombre de gars laids qui seraient obligés d’être riches pour faire l’amour, si l’alcool n’existait pas!

Ils ne sont pas les seuls, pensez-vous que ti-cuir ferait autant «rockeur» s’il tinkait aux mocktails!? En même temps, les mocktails ça passe. C’est cute, c’est fruité et ta bouche ne sent pas l’accueil Bonneau le lendemain matin. Quelque chose que je ne comprends pas par contre, c’est la bière sans alcool. What the fuck? «Oui parce que quand je bois de la bière, ce n’est pas pour le feeling que ça me procure. Moi je suis vraiment là pour les calories vides pis le goût de pisse!»

En tout cas, moi je le ferais bien le mois sans alcool, mais je ne peux pas me le permettre avec la job que j’ai. Je serais bien trop gênée de publier mes billets d’humeur si je n’étais pas paquetée. 

► Vous pouvez entendre Rosalie Bonenfant sur les ondes du 107,3 Rouge tous les vendredis matin à 7 h 30.