/news/society
Navigation

De propriétaire de salon de soins esthétiques à coach en gestion

Claire Brochu apprécie la liberté que lui donne son nouvel emploi.
Photo courtoisie Claire Brochu apprécie la liberté que lui donne son nouvel emploi.

Coup d'oeil sur cet article

Claire Brochu a eu plusieurs vies professionnelles avant celle de coach en gestion qu’elle savoure en ce moment à l’aube de la soixantaine.

Pendant les 15 premières années de sa carrière, la Lavalloise a travaillé dans les ressources humaines pour des entreprises de services et manufacturières.

« Je me sentais plafonnée, alors j’ai bifurqué vers les soins esthétiques, dit-elle. Je n’avais pas de diplôme et je suis retournée aux études. » Elle aimait l’idée de prendre soin des gens, de créer des maquillages. Elle a lancé son salon.

« C’est là que j’ai pris goût à être mon propre patron », dit Mme Brochu.

Puis, après trois ans à la tête de sa petite entreprise, une séparation et deux jeunes enfants en garde partagée l’obligent à revoir ses plans.

À 37 ans, elle retourne dans les départements de ressources humaines.

Puis, dans la cinquantaine, une nouvelle crise professionnelle la frappe. « Qu’est-ce que je fais ? Est-ce que je suis heureuse ? Est-ce que mon travail me comble ? »

nouvelle passion

« Le goût du coaching m’est venu par une connaissance », raconte Claire Brochu.

Elle suit une formation tout en travaillant à temps plein. Les enfants ont grandi et la conciliation est beaucoup plus facile. « J’ai développé une passion pour le développement du potentiel des gens. »

Parallèlement à cela, sa carrière prend un tournant. « J’ai accepté un autre emploi, comme directrice principale d’un labo pharmaceutique qui comptait plus de 250 employés syndiqués. »

Elle y met en pratique ses nouvelles connaissances en coaching.

Puis, une nouvelle précipite un nouveau changement.

« L’entreprise a vendu ses divisions. Il ne restait plus que 60 employés et on n’avait plus besoin de mes services. J’ai quitté mon emploi à la fin mai 2012. Ma mère était malade et je voulais prendre quelques mois pour m’occuper d’elle. »

Claire Brochu est alors dans la mi-cinquantaine. « C’est un âge avancé pour se trouver un emploi », dit cette spécialiste en ressources humaines qui en connaît un bout sur le sujet.

Longue attente

« J’en ai passé des entrevues d’embauche ! Soit ça ne fonctionnait pas pour moi ou pour l’employeur. Je sais ce que plusieurs pensent des gens de plus de 50 ans ! Combien de fois j’en ai entendu me dire : est-ce qu’ils vont nous coûter cher ? Est-ce qu’ils seront toujours malades ? Pourront-ils s’adapter à de nouvelles méthodes de travail ? »

C’est alors que l’idée de se mettre à son compte a commencé à germer dans sa tête. Pourquoi ne pas se lancer dans sa passion, le coaching ? « J’ai installé un bureau dans une des chambres de mes enfants, désormais adultes. J’y ai mis mon ordinateur, une imprimante... et j’ai attendu que le téléphone sonne. »

Il y a eu des mois de disette. Et des moments où Claire Brochu, un peu découragée, cherchait carrément un emploi.

« Il y avait des fins de mois plus serrés, raconte-t-elle. J’ai appris à économiser, vraiment. J’ai toujours aimé les produits de beauté. J’attendais désormais d’arriver au fond de mes bouteilles avant d’aller en acheter d’autres ! »

Mais elle n’a pas lâché. Tous les matins, elle était debout à 6 h 30 et assise devant son ordinateur une heure plus tard. Même si elle n’avait rien à faire.

« Ça a pris quatre ans avant que ça roule, dit-elle. Il a fallu que je fasse du réseautage, même si je ne suis pas une personne qui se met de l’avant, qui donne sa carte professionnelle à tout le monde. Je n’en avais jamais eu besoin. Et il y a eu du bouche-à-oreille. Les gens ont aimé leur expérience, ils me rappelaient ou me recommandaient. »

Elle aime la qualité de vie que lui procure son statut d’entrepreneur. « On est son propre patron, on fait son horaire comme on l’entend. Je peux travailler un week-end et prendre congé le mardi suivant. Mais aussi, ça m’apporte énormément, tant sur le plan professionnel que personnel. »

La prochaine étape ? Peut-être acquérir une nouvelle expertise en coaching... pour les 50 ans et plus !