/sports/huntfish
Navigation

En hiver sous la tente!

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie, Mathieu Dupuis

Coup d'oeil sur cet article

Si vous êtes amateurs de camping et que vous trépignez d’impatience en rêvant au retour de la belle saison, pourquoi ne pas profiter aussi de l’hiver pour dormir sous la tente ?

Chaque année, la Sépaq enregistre quelques centaines de réservations de sites de camping pendant l’hiver, comparativement à quelques centaines de milliers le reste de l’année. Une activité qui reste marginale à cette période de l’année, mais dont les adeptes ne démordent pas.

Jérôme Liard est l’un d’eux. Le gérant du département plein air à La Vie Sportive a même traversé le nord de la Suède et la Basse-Côte-Nord en dormant sous la tente. « La contemplation des lieux où je vais et l’impression d’être seul au monde » séduisent l’amateur d’expéditions, en plus du silence et des magnifiques levers et couchers de soleil qui rythment ses journées.

Il n’est toutefois pas nécessaire de se lancer dans de longues expéditions au milieu de l’immensité naturelle québécoise pour goûter aux plaisirs du camping d’hiver. Voici quelques conseils pour vous initier et peut-être avoir la piqûre.

1. La proximité pour débuter

Quoi de mieux que sa propre cour ou un site près de différents services pour « monter sa tente une première fois, afin de tester son équipement et sa propre résilience aux conditions hivernales », affirme Michael Lizotte, ancien militaire et fondateur de l’École de survie au Québec Redbeard, qui offre notamment des formations en survie hivernale.

Pour un peu plus d’aventure, la Sépaq propose plusieurs emplacements (avec toilette sèche à proximité) dans huit parcs nationaux, soit ceux de la Jacques-Cartier, des Grands-Jardins, des Monts-Valin, du Bic, de la Gaspésie, du Mont-Mégantic, d’Oka et du Mont-Tremblant.

2. Le bon équipement

Comparativement aux tentes trois saisons, les tentes d’hiver présentent une « armature en aluminium plus résistante pour faire face aux vents violents et au poids de la neige, explique Cédric Guinebaud, superviseur du département de plein air chez Latulippe. Leur toile permet un meilleur contrôle de la ventilation et de l’humidité, car l’humidité est l’ennemi numéro un en hiver », ajoute-t-il. L’isolation du plancher est également bonifiée.

Un tapis de sol avec une valeur d’isolation élevée limitera aussi la propagation du froid. Par-dessus sera déroulé un sac de couchage pouvant affronter des températures hivernales, dont certains peuvent être utilisés lorsque le mercure descend à -45 °C.

De style momie, le sac de couchage est plus large aux épaules qu’aux pieds et est doté d’une capuche. « Trente à 40 % de la chaleur est évacuée par le haut du corps », indique M. Liard, voilà pourquoi aucune partie du corps ne dépasse du sac de couchage, sauf le visage. « Car l’humidité qui sort de la bouche ne doit pas rester dans le sleeping », précise M. Lizotte. Les modèles en duvet sont plus légers, plus compressibles, durent plus longtemps, mais se nettoient plus difficilement que ceux en fibres synthétiques.

3. Bien installé

Lorsqu’on a trouvé un endroit à l’abri des intempéries pour monter sa tente, il est important de libérer l’espace où elle sera dressée, à l’aide d’une pelle légère et escamotable. Un petit muret créé tout autour de la tente améliorera son isolation.

Pendant l’installation de la tente, pourquoi ne pas faire bouillir l’eau dans une casserole déposée sur un brûleur au gaz liquide, qui ne gèlera pas, afin de s’offrir ensuite une boisson chaude et un repas lyophilisé réhydraté ?

Avant d’aller au lit, allumer une lampe-chandelle quelques minutes permettra de faire diminuer l’humidité dans la tente. Que l’on préfère dormir nu ou vêtu de sous-vêtements minces en fibres synthétiques, « l’important est de se coucher le plus sec possible », explique M. Guinebaud.

De l’eau bouillante versée dans une gourde ou une bouillotte bien hermétique, glissée à vos pieds dans le sac de couchage, vous gardera au chaud pendant la nuit, suggère M. Lizotte. Du coup, le lendemain, l’eau sera prête pour concocter un café à déguster sans sortir du « sleeping », souligne M. Liard.

« Le matin, lorsqu’il fait -15 degrés et qu’il y a de la chaleur dans ton sleeping, tu ne veux pas sortir de là », ajoute M. Lizotte, se rappelant aussi l’agréable sensation de l’air frais au lever, combinée à la chaleur du soleil. « Tu n’as alors rien d’autre à faire que de vivre le moment », dit-il.

4. La sécurité avant tout

Pour que l’expérience soit agréable, partir en compagnie d’un adepte de camping d’hiver, s’assurer que la météo sera clémente et aviser quelqu’un de son itinéraire avant de partir s’avèrent de bonnes précautions à prendre.

De plus, il est essentiel d’avoir sous la main une couverture de survie, un briquet ou des allumettes résistantes à l’eau, une lampe frontale, un couteau, une hache, une trousse de premiers soins, de la corde, un sifflet et des vêtements de rechange.

M. Lizotte rappelle qu’une simple lampe-chandelle et une couverture de survie peuvent vous sortir de l’hypothermie.

5. Débuter sous la yourte

Pas prêt pour le camping d’hiver ? Essayez la yourte, « cette tente ronde faite d’une ossature en bois sur laquelle est tendue une toile solide et isolée ». À la vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf, les yourtes y sont chauffées (poêle à bois), puis tout le matériel de chauffage est fourni, en plus des matelas, d’un grand chaudron et d’une source d’eau potable à proximité. Le luxe du camping ! Il ne reste qu’à apporter la literie, les serviettes, les ustensiles de cuisine, une source de chaleur pour cuisiner, des lampes à piles (pas d’électricité), etc.

Une lampe-chandelle qui illumine la tente en plus de réduire l’humidité.
Photo courtoisie
Une lampe-chandelle qui illumine la tente en plus de réduire l’humidité.

Essentiels du camping d’hiver

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

1. Doublure de sac de couchage Coolmax Adaptor, pour régulariser la température à l’intérieur et le garder propre, 64,99 $, viesportive.com

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

2. Tente d’expédition (VE 25) haut de gamme, Summit Series par The North Face, trois places (48 pc), à la fois solide et légère (5,32 kg), 909,99 $, latulippe.com.

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

3. Réchaud à cartouche DragonFly, qui fonctionne avec du naphte, du kérosène, du carburant sans plomb pour voiture, du diesel et du carburéacteur, 169,95 $ (bouteille de combustible en sus), latulippe.com

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

4. Matelas autogonflant Neo Air All Season SV de Therm-a-rest, dont la valeur-R est de 4.9, 239,95 $, latulippe.com

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

5. Sac de couchage The North Face Inferno, capa­ble d’affronter des températures allant jusqu’à -18 °C, 679,99 $, viesportive.com

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie

6. Pelle Deploy 3 de Black Diamond, avec un manche escamotable facilitant le transport, 79,99 $, viesportive.com.

Camping d'hiver - Orford - Sepaq
Photo courtoisie