/finance/business
Navigation

Graeme Roustan veut acheter La Presse

L’homme d’affaires tente de convaincre les Desmarais de lui céder leur titre

Graeme Roustan pense avoir « les reins assez solides » pour se porter acquéreur de La Presse, qui a abandonné son édition papier pour une version uniquement numérique le mois dernier.
Photo d'archives, Martin Chevalier Graeme Roustan pense avoir « les reins assez solides » pour se porter acquéreur de La Presse, qui a abandonné son édition papier pour une version uniquement numérique le mois dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Nouveau propriétaire de Hockey News, le Sherbrookois Graeme Roustan veut maintenant mettre la main sur La Presse, a appris Le Journal. Le multimillionnaire et ex-PDG de Bauer entend convaincre les Desmarais de lui vendre leur quotidien numérique.

Graeme Roustan
Photo d'archives
Graeme Roustan

L’investisseur activiste est déjà détenteur d’actions de Power Corporation. Il n’a pas hésité au cours des derniers mois à inciter les actionnaires de contrôle du conglomérat, Paul et André Desmarais, à se départir d’actifs qui ne sont pas liés aux activités principales du groupe, soit les services financiers et d’assurances.

En entrevue au Journal, il se dit maintenant prêt à acheter La Presse pour l’intégrer à son empire personnel.

« J’ai les reins assez solides pour acheter La Presse. Et sinon, je suis en mesure de mobiliser les investisseurs pour le faire », explique l’homme qui a fait sa fortune dans l’industrie de l’équipement sportif.

Il demande donc à Power de mettre en vente le quotidien, mais n’ose pas, pour l’instant, faire une offre pour l’acquisition de cet actif.

Il dit ignorer la valeur exacte de La Presse, puisque Power ne publie pas de renseignements financiers sur le quotidien.

Combien vaut La Presse ?

Depuis 2012, ce sont près de 330 M$ qu’auraient fait perdre à Power ses « autres filiales », une catégorie figurant dans ses états financiers qui inclut diverses entreprises, dont Groupe de communications Square Victoria, détentrice de La Presse.

« C’est difficile d’estimer la valeur d’un média devenu complètement numérique. Ce que je comprends, c’est que personne dans l’industrie ne réalise de profits dans le numérique actuellement », ajoute M. Roustan.

En entrevue à Radio-Canada cette semaine, le grand patron de La Presse, Pierre-Elliott Levasseur, a reconnu le besoin de « continuer à faire évoluer l’écosystème de La Presse », dont l’édition papier a pris fin le mois dernier. « Oui, on a fait évoluer [notre modèle], mais notre expérience n’est pas optimisée pour le mobile », a-t-il donné en exemple.

Une question de profits

Pourquoi Power voudrait-elle se défaire de La Presse ? Pour retrouver sa performance de jadis, croit M. Roustan.

« Les Desmarais n’ont plus le choix. De plus en plus d’actionnaires, y compris des investisseurs institutionnels, mettent de la pression parce qu’il y a un immense potentiel de création de valeurs en vendant les actifs non essentiels. C’est une entreprise tellement éparpillée. L’ère des conglomérats est révolue. Si Power ne fait pas attention, elle va devenir un dinosaure. Quand on regarde le prix de l’action, on voit qu’elle l’est déjà. »

Ce trop grand éparpillement serait l’une des raisons expliquant que son action vaut aujourd’hui 31,90 $, soit 10 $ de moins qu’il y a une décennie, selon plusieurs analystes.