/weekend
Navigation

Incursion dans le monde interlope

Incursion dans le monde interlope
Photo CHANTAL POIRIER

Coup d'oeil sur cet article

La retraite pour Bernard Tétrault ? Pas question ! Après avoir publié l’été dernier un premier roman, l’auteur et ancien reporter d’Allô Police publie coup sur coup deux polars qui nous plongent au cœur du monde interlope de Montréal.

« Je me suis toujours dit qu’à l’âge de la retraite, je m’entraînerais, je lirais et que j’écrirais des romans. Je suis mon plan à la lettre », lance le prolifique Bernard Tétrault, qui vient de signer Bye, bye la police ! et sa suite, Meurtre chez les anges.

Les deux histoires mettent en scène Bernie Matte, un jeune patrouilleur du SPVM qui trouve l’uniforme trop serré pour lui. L’homme vit en couple avec sa formidable et parfaite coéquipière, fille de Guy Lacasse, patron de l’escouade des homicides et légende de la police. S’il joue bien ses cartes, Bernie pourrait prendre du galon et mener une brillante carrière en suivant les traces de son beau-père. Cependant, il caresse un rêve : devenir détective privé comme Mike Hammer, protagoniste des romans de Mickey Spillane. Et Matte est le genre d’homme prêt à tout pour atteindre ses buts, quitte à faire copain-copain avec des membres du crime organisé.

« Bernie Matte est une tête croche, décrit sans détour l’auteur. Quand il a une intuition, il la suit jusqu’au bout. Mais c’est une grande gueule et il est arrogant. Je voulais un personnage jeune, un peu gaffeur, qui puisse apprendre de ses erreurs. »

Dans Bye, bye la police ! Bernie Matte vit ses derniers jours de service. Depuis des mois, le jeune policier traîne dans plusieurs bars et restaurants de la métropole. Leur point en commun : ils sont tous liés au crime organisé. Ce Dick Tracy en herbes prend des notes dans de petits calepins noirs jusqu’au jour où il éveille les soupçons chez les dirigeants du monde interlope. Sa nouvelle carrière s’annonce dangereuse. Dans Meurtres chez les anges, le lecteur retrouve Bernie Matte alors qu’il tente d’élucider le meurtre d’un chirurgien esthétique joueur compulsif, marié à une ex-prostituée de luxe.

De l’autre côté du miroir

Après avoir publié l’été dernier Johny Aspiro, détective très privé, un premier roman sur différentes histoires de mœurs, Bernard Tétrault lance une première série de polars qui a pour trame de fond le milieu du crime montréalais.

L’écrivain connaît bien cet univers pour avoir couvert la scène judiciaire pendant 40 ans pour le défunt tabloïd Allô Police.

Dans sa série Bernie Matte, l’auteur fait défiler truands, femmes de petite vertu et durs à cuire sans jamais tomber dans la caricature.

« Tous les criminels ne sont pas nécessairement des ordures 24 heures sur 24, nuance-t-il. J’en ai connu certains qui ont de grandes personnalités. Plusieurs d’entre eux envient même les honnêtes citoyens. Mais une fois que tu es passé dans l’autre monde, c’est difficile d’en sortir. Un gars peut régner sur un territoire et empiler des montagnes d’argent, il ne dort pas la nuit et imagine des complots partout. »

Pour ajouter à la crédibilité du récit, l’auteur a puisé dans ses nombreux souvenirs de jeunesse dans le quartier Rosemont. « La vie était assez dure à l’époque. J’ai côtoyé des p’tits bums qui sont devenus des membres du crime organisé. Je voyais mes chums faire leurs classes dans le milieu. Ça commençait par des vols d’autos, puis des braquages. Très tôt, j’ai compris les rouages de cet univers-là. »

Incursion dans le monde interlope
Photo courtoisie éditions ADA

 

Bernard Tétrault est l’auteur de la série de romans policiers Bernie Matte 
enquête, parue l’automne dernier aux éditions ADA. La série inclut les 
romans Bye, bye la police ! et sa suite, Meurtre chez les anges.
Photo courtoisie éditions ADA
Bernard Tétrault est l’auteur de la série de romans policiers Bernie Matte enquête, parue l’automne dernier aux éditions ADA. La série inclut les romans Bye, bye la police ! et sa suite, Meurtre chez les anges.