/sports/opinion/columnists
Navigation

L’avenir n’est pas rose

À moins de changements majeurs, rien ne laisse présager que Claude Julien comptera sur une meilleure équipe l’an prochain.
Photo d’archives, Le Journal de Montréal À moins de changements majeurs, rien ne laisse présager que Claude Julien comptera sur une meilleure équipe l’an prochain.

Coup d'oeil sur cet article

La saison du Canadien de Montréal est un désastre. Le pire, c’est que lorsqu’on regarde la façon avec laquelle les rivaux directs du Tricolore progressent, et surtout le nombre de jeunes joueurs talentueux qu’ils comptent dans leurs alignements, il est difficile de se dire que les prochaines saisons seront mieux pour la troupe de Claude Julien.

Les Bruins de Boston font partie des meilleures équipes de la LNH cette saison et les David Pastrnak, Charlie McAvoy et Jake DeBrusk n’en sont qu’à leurs premiers pas dans la LNH. Les Devils du New Jersey ont effectué un virage jeunesse fort profitable, notamment avec l’arrivée de Nico Hischier. Les Hurricanes de la Caroline aussi montrent des signes encourageants et les jeunes Sebastian Aho et Noah Hanifin jouent déjà des rôles importants. Et que dire évidemment des Maple Leafs de Toronto, d’Auston Matthews ainsi que du Lightning de Tampa Bay dont les succès au repêchage n’ont plus besoin de présentation.

Pendant ce temps, le Tricolore continue de s’enfoncer et la relève à court ou moyen terme semble inexistante.

Cette année, c’est terminé. L’an prochain, le Canadien fera-t-il les séries ? Très difficile de répondre oui à cette question.

Une lacune majeure

En ce moment, le CH possède plusieurs lacunes évidentes et la principale est certainement la brigade défensive.

Plus ça avance, plus je pense qu’on ne peut pas en demander plus aux défenseurs en place. Ils jouent à la hauteur de leur talent : des sixièmes défenseurs au mieux dans la LNH. Et je suis poli en disant cela.

Si seulement, comme certains rivaux de l’Est mentionnés plus haut, le Canadien pouvait se réjouir en disant qu’un ou deux jeunes de l’organisation frappent à la porte.

Vous savez quoi ? Le Rocket de Laval compte actuellement sur la deuxième pire brigade défensive de toute la Ligue américaine de hockey !

Le Rocket ratera aussi les séries pour une cinquième année sur six. Ne cherchez pas le problème plus loin...

Pacioretty, la clé ?

Une façon avec laquelle Marc Bergevin pourrait améliorer sa relève serait d’échanger le capitaine Max Pacioretty.

Du moins, c’est ce que les rumeurs laissent entendre. Il y aurait beaucoup d’intérêt pour Pacioretty qui, dans une saison de misère, demeure quand même le meilleur pointeur du Canadien et terminera vraisemblablement avec entre 20 et 25 buts.

Bergevin n’a pas le droit de se tromper s’il échange l’Américain.

D’ailleurs, on nous dit que plusieurs recruteurs professionnels du Canadien sont très actifs aux quatre coins de la LNH en ce moment afin d’épier les joueurs des différentes équipes. C’est normal, quelque chose doit bouger dans cette organisation.

Par contre, j’espère que Bergevin n’a pas envoyé les mêmes éclaireurs qui lui ont conseillé de faire l’acquisition des Ales Hemsky, Joe Morrow, Mark Streit, Karl Alzner, Jordie Benn ou Logan Shaw...

Le Canadien de Montréal a fait beaucoup trop d’ajouts inutiles au cours des dernières saisons et le directeur général de l’équipe possède une dernière chance de ramener, un peu, l’équipe sur les rails.

Long hiver

Avec tout ça, il ne reste plus que trente et un matchs à la saison régulière. Trente et une parties à savoir que tu ne feras pas les séries. Trente et une parties à jouer pour une équipe qui n’a pas d’identité, pas de force majeure.

Bref, trente et un matchs pour se rappeler à quel point l’hiver est long.

– Propos recueillis par Kevin Dubé

Les échos de Bergie

Hartford et Québec

Le nouveau propriétaire des Hurricanes de la Caroline, Tom Dundon, a laissé planer l’idée, lors d’une entrevue radiophonique la semaine dernière, qu’il aimerait que l’équipe joue quelques matchs avec le chandail des Whalers de Hartford la saison prochaine. J’adore l’idée ! D’ailleurs, quel plaisir ce serait de voir l’Avalanche du Colorado faire de même et disputer quelques rencontres avec un chandail des Nordiques ! La situation des deux formations est d’ailleurs similaire. D’un côté, le directeur général Ron Francis a été une vedette des Whalers, tandis que de l’autre, Joe Sakic l’a aussi été lors de son bref passage à Québec. Tout est tellement négatif dans le monde du hockey au Québec récemment que de revoir les chandails des Nordiques dans le cadre d’un match de la LNH ferait le plus grand bien.

Profiter du super bowl

Le week-end du Super Bowl est toujours festif. Habituellement, il y a beaucoup d’enthousiasme un peu partout et dans les arénas aussi. Plusieurs jeunes assistent aux matchs au Centre Bell et il y a beaucoup d’action aux alentours. J’espère sincèrement que les joueurs du Canadien démontreront du respect à leurs partisans ce week-end en faisant au moins preuve d’un peu de fierté. L’équipe recevra les Ducks d’Anaheim samedi après-midi, puis les Sénateurs le lendemain. Ne serait-ce que pour les jeunes qui assisteront à ces deux matchs, les porte-couleurs du Tricolore n’ont d’autres choix que de se battre pour offrir un bon spectacle. Il faut leur faire plaisir, il faut gagner.

Brady est mon choix

D’ailleurs, en parlant du Super Bowl, il est très difficile pour moi de ne pas prédire une victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Après tout, j’aurais énormément de difficulté à miser de l’argent contre Tom Brady. Chaque année, peu importe la situation, il sort un lapin de son chapeau pour aider son équipe à l’emporter. Évidemment, la victoire de l’an dernier face aux Falcons d’Atlanta, après avoir comblé un déficit de 25 points, est le parfait exemple. Tom Brady fait partie des grands de l’histoire et c’est pourquoi, cette année, je crois que les Patriots remporteront une sixième bague du Super Bowl.