/finance/business
Navigation

Le cirque du Super Bowl

Les retombées économiques sont discutables malgré les milliards de dollars investis dans les stades

Le cirque du Super Bowl
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Une ambiance festive règne aux quatre coins de l’Amérique du Nord cette fin de semaine alors qu’a lieu le Super Bowl. On peut dire que plus ça change, plus c’est pareil.

Mais à un peu plus de 24 heures du botté d’envoi de cette 52e édition de la grand-messe annuelle du football américain, cette fin de semaine est loin d’être comme les autres pour les résidents de Minneapolis, au Minnesota. Pour la deuxième fois de son histoire, la 46e plus grande ville des États-Unis se prépare à accueillir le Super Bowl et tout le cirque qui l’accompagne.

Des dizaines de milliers de personnes, principalement en provenance des régions de Boston et de Philadelphie, débarquent au Minnesota ces jours-ci, envahissant les hôtels, les bars et les restaurants de la région. Est-ce une occasion pour les commerçants de faire des affaires d’or ou est-ce avant tout un inconvénient pour la population locale ?

Estimations généreuses

Les opinions divergent quant à la façon de calculer l’impact économique d’un événement sportif. Dans le cas du Super Bowl, il y a également des divergences d’opinions. L’impact économique varie aussi d’année en année en fonction de l’endroit où est présenté le match ultime.

Par exemple, la tenue du Super Bowl à San Francisco, il y a deux ans, a peut-être attiré une importante quantité de touristes, mais elle en a, du même coup, repoussé d’autres qui n’en ont rien à cirer du football. Cette année, l’impact risque d’être plus considérable puisque, croyez-le ou non, le Minnesota ne constitue habituellement pas la destination touristique par excellence en plein mois de février.

Or, les nombreux économistes américains appelés à se pencher sur la question au cours des derniers jours ne semblent pas être d’avis que le Super Bowl de dimanche générera des retombées économiques de l’ordre de 343 millions $, comme le prétend une étude commandée par le comité d’accueil de ce même Super Bowl.

Pour l’économiste et professeur du Massachusetts Victor A. Matheson, les retombées seraient en fait de 3 à 10 fois moins élevées.

Montrer son nouveau jouet

Si Minneapolis accueille cette année le Super Bowl, ce n’est pas le fruit du hasard. La NFL a tenu à remercier la Ville et l’équipe locale, les Vikings, d’avoir construit un tout nouveau stade fermé.

Construit au coût d’un milliard de dollars, montant dont la moitié provient des contribuables de l’État (348 millions $) et de la Ville (150 millions $), le U.S. Bank Stadium sera le théâtre de l’événement le plus grandiose de sa jeune histoire dimanche. En y tenant le Super Bowl, la NFL permet aux politiciens locaux de justifier leur investissement en faisant miroiter des centaines de millions de dollars en retombées économiques.

Un Super Bowl en échange d’un stade

Los Angeles Stadium (domicile des Rams et des Chargers de Los Angeles)

  • Inauguration: 2020
  • Super Bowl: 2022
  • Coût de construction: 2,6 milliards

Mercedes-Benz Stadium (domicile des Falcons d’Atlanta)

  • Inauguration: 2017
  • Super Bowl: 2019
  • Coût de construction: 1,6 milliard $

US Bank Stadium (domicile des Vikings du Minnesota)

  • Inauguration: 2016
  • Super Bowl: 2018
  • Coût de construction: 1,06 milliard $

Levi’s Stadium (domicile des 49ers de San Francisco)

  • Inauguration: 2014
  • Super Bowl: 2016
  • Coût de construction: 1,3 milliard $

MetLife Stadium (domicile des Giants et des Jets de New York)

  • Inauguration: 2010
  • Super Bowl: 2014
  • Coût de construction: 1,6 milliard $

Lucas Oil Stadium (domicile des Colts d’Indianapolis)

  • Inauguration: 2008
  • Super Bowl: 2012
  • Coûts de construction: 720 millions $

 

Le chiffre de la semaine: 

5,1 le coût moyen, en millions de dollars, que doivent débourser les entreprises qui souhaitent diffuser une publicité télé de 30 secondes durant le Super Bowl. En échange de l’énorme visibilité que leur procure le Super Bowl, les Pepsi, Toyota, Amazon, Verizon et Budweiser de ce monde doivent aussi absorber les frais liés à la production de leur publicité en vue du match.