/news/transports
Navigation

Pourquoi je déteste le REM... et que vous le devriez aussi !

Michael Fish
courtoisie Michael Fish

Coup d'oeil sur cet article

1- Le Bureau d’audiences publiques du Québec (BAPE) n’a rien trouvé de positif au projet de Réseau électrique métropolitain (REM) de Michael Sabia de la Caisse de dépôt. Il n’a cru aucune de leurs affirmations.

2- On a évalué que les trajets de la Rive-Sud, de Deux Montagnes et de l’Aéroport offriront à grands coûts un moins bon service que ce qui existe présentement, surtout aux heures de pointe. Le tracé A40 est condamné, car jugé inutile et nuisible.

3- Ni commode ni confortable, le REM n’offrira aucun gain de temps de déplacement aux usagers, notamment à cause des correspondances à ses stations.

4- Ni la privatisation de ces systèmes ni la vente du tunnel stratégique sous le Mont-Royal n’ont été réalisées suivant les consultations prévues par la loi et aucune preuve d’avantages pour les finances publiques ou la gouvernance n’a été apportée.

5- Le REM, trop coûteux à cause de son infrastructure massive, a été imposé, sans études comparatives, par deux personnes non qualifiées, MM. Philippe Couillard et Michael Sabia.

6- Suivant le dépôt du rapport du BAPE, les assemblées publiques organisées par la Caisse n’ont pas permis aux critiques de s’exprimer.

7- Investisseur immobilier majeur, la Caisse semble avoir choisi le REM et ses trajets pour diriger tout le trafic vers ses propriétés autour de la Gare Centrale, ainsi que vers ses immeubles en hauteur à venir autour des stations REM éloignées du centre-ville.

8- Le développement immobilier en banlieue planifié par la Caisse est réalisé sans démocratie locale, sans respecter le droit du citoyen à la protection de sa propriété. La Caisse a obtenu des droits d’expropriation inconstitutionnels lui permettant d’acquérir un grand portefeuille immobilier autour des stations éloignées du REM, d’une valeur actuelle de plus de cinq milliards.

9- C’est un cas classique d’étalement urbain forcé, rejeté par les urbanistes. Ces futurs immeubles généreront voitures, gaz à effet de serre, congestion routière et, partout, de plus longs déplacements. Si le REM est construit, les projets immobiliers « structurants » de la Caisse et de spéculateurs forceront au dézonage de terres agricoles et à la destruction de milieux humides, d’espaces naturels ou de parcs actuellement protégés du développement sauvage.

10- De plus, le REM générera en lui-même des gaz à effet de serre, en raison du béton et de l’acier qui seront utilisés pour bâtir ses stations et ses rails.

11- Avant et après le rapport du BAPE, tous les experts indépendants locaux ont rejeté publiquement le projet du REM tel que proposé.

12- Bâillonnés, des experts importants à l’emploi de la STM et de l’AMT n’ont pas pu parler du REM du fait du retrait de la loi protégeant les lanceurs d’alerte.

13- Une nouvelle gare interurbaine au coût non budgété de 1 milliard $ s’impose désormais à cause de la vente du tunnel. Il pourrait être nécessaire d’établir le Train Grande Fréquence (TGF) Québec-Montréal-Toronto-Windsor sur la rive sud du Saint-Laurent pour rejoindre la ville.

14- Le rapport du BAPE aurait dû entraîner le rejet du REM. Il appartient désormais aux municipalités de la région et surtout à la nouvelle administration de Projet Montréal d’agir... ou d’assumer la responsabilité de sa construction.

Michael Fish est architecte et contribue à protéger la protection du patrimoine urbain depuis plus de 60 ans.