/news/transports
Navigation

Un yacht de 1,5 M$ attire les foules

L’embarcation de 45 pieds est la plus coûteuse jamais présentée au Salon du bateau et des sports nautiques

Le Cruiser Cantius 45, un yacht de 45 pieds, compte une cuisine avec comptoir-lunch, une chambre d’invités et un spacieux cockpit.
Photo Catherine Montambeault Le Cruiser Cantius 45, un yacht de 45 pieds, compte une cuisine avec comptoir-lunch, une chambre d’invités et un spacieux cockpit.

Coup d'oeil sur cet article

Une foule de curieux faisait la file samedi pour visiter le luxueux yacht d’une valeur de 1,5 million qui trônait au beau milieu de la Place Bonaventure.

« On ne pourrait jamais se payer quelque chose comme ça, mais ça fait du bien de rêver de temps en temps ! » soulignait Micheline Paré, une passionnée de pêche et de navigation.

Le Cruiser Cantius 45 est le bateau le plus coûteux et le plus imposant jamais présenté au Salon du bateau et des sports nautiques, qui se tient cette fin de semaine à Montréal.

Le Cruiser Cantius 45, un yacht de 45 pieds, compte une cuisine avec comptoir-lunch, une chambre d’invités et un spacieux cockpit.
Photo Catherine Montambeault

 

Mesurant 45 pieds de long et 14 pieds de haut, le yacht a même failli ne pas passer dans la porte de garage menant à la salle d’exposition.

« Il restait un pouce entre le bateau et le haut de la porte. On ne peut pas aller plus gros que ça », a indiqué Alain Roy, directeur général de l’Association maritime du Québec (AMQ).

Le Cruiser Cantius 45, un yacht de 45 pieds, compte une cuisine avec comptoir-lunch, une chambre d’invités et un spacieux cockpit.
Photo Catherine Montambeault

 

« Comme un appartement »

Avec ses deux chambres, ses deux salles de bain, sa cuisine, son salon et son cockpit spacieux, le Cruiser Cantius 45 a de quoi enthousiasmer les amateurs de sports nautiques. Le bateau est même muni d’une laveuse, d’une sécheuse, d’une cuisinière électrique, d’un four à micro-ondes et d’un téléviseur à écran plat.

« Il est complètement autonome en énergie, c’est la première fois que je vois ça, a indiqué M. Roy. Il y a une génératrice à l’intérieur, alors ça permet de fonctionner à l’électricité, que ce soit pour la sonorisation, l’air conditionné, etc. »

« C’est carrément comme un appartement : tu peux vivre là-dedans, a-t-il poursuivi. Avec un bateau comme ça, tu peux aller en Floride, naviguer dans les Grands Lacs... Il n’y a pas de limites ! »

Malgré le prix faramineux du yacht, plusieurs acheteurs potentiels sérieux se seraient déjà présentés au Salon, selon Alain Roy.

Le Cruiser Cantius 45, un yacht de 45 pieds, compte une cuisine avec comptoir-lunch, une chambre d’invités et un spacieux cockpit.
Photo Catherine Montambeault

 

Nuit dans le yacht

Un couple de Mercier, en Montérégie, a quant à lui eu la chance de dormir à l’intérieur du Cruiser Cantius 45 la nuit dernière, grâce à un concours organisé par le Salon du bateau. Jean Béchard et sa conjointe ont pu, par la même occasion, visiter l’exposition à leur rythme, juste tous les deux.

« J’adore les bateaux depuis que je suis jeune, alors ça va être spécial de passer la nuit dans un bateau aussi luxueux », disait M. Béchard samedi.

« En ce moment, j’ai un 32 pieds, mais j’espère être capable de me procurer un yacht comme celui-là un jour. Mais ça ne sera pas demain matin ! » a ajouté l’homme de 53 ans en rigolant.

La motomarine célèbre ses 50 ans

La première motomarine, commercialisée par Bombardier en 1968, est au Salon du bateau ce week-end.
Photo Catherine Montambeault
La première motomarine, commercialisée par Bombardier en 1968, est au Salon du bateau ce week-end.

 

Deux fois plus rapide qu’à sa création, la motomarine est devenue, au fil des décennies, un engin à la fine pointe de la technologie.

« Il n’y a à peu près rien qui est resté pareil avec le temps. Maintenant, tout fonctionne électroniquement, alors que les premières motomarines étaient mécaniques », explique Simon Boucher, spécialiste produits chez BRP.

À l’occasion du 50e anniversaire de la motomarine, l’entreprise québécoise BRP présente ce week-end, au Salon du bateau et des sports nautiques, la toute première motomarine à jet jamais commercialisée.

Lancée en 1968, la motomarine Sea-Doo jaune et noire était équipée d’un moteur d’une puissance de 18 chevaux et était conçue pour atteindre une vitesse d’environ 45 km/h.

« Mais à ce moment-là, les ventes n’avaient pas levé, donc Bombardier avait arrêté la commercialisation de la motomarine quelques années plus tard », raconte M. Boucher.

Ce n’est qu’en 1988, soit 20 ans plus tard, que la motomarine « moderne » est née, provoquant un engouement majeur dans le monde des sports nautiques.

Aujourd’hui, les motomarines les plus rapides de BRP possèdent une puissance de 300 chevaux et peuvent atteindre 105 km/h. Leur coque en V les rend beaucoup plus ergonomiques et leurs moteurs quatre temps sont plus silencieux et économiques en essence.

« Et évidemment, on a intégré la technologie aux véhicules, souligne Simon Boucher. On peut avoir un système de son Bluetooth entièrement étanche et un rangement pour son cellulaire avec chargeur USB intégré. »