/world/opinion/columnists
Navigation

Armement nucléaire: c’est reparti !

Coup d'oeil sur cet article

Ah, la bonne vieille époque de la « destruction mutuelle assurée » ! Les deux superpuissances d’alors – les États-Unis et l’Union soviétique – possédaient un arsenal nucléaire tellement vaste et puissant que son utilisation aurait conduit à l’annihilation des deux pays et, fort possiblement, de la vie sur Terre. Devant l’immensité du risque, on s’est lentement mis, des deux côtés, à faire marche arrière.

On a récemment changé d’avis. Le risque est toujours aussi grand et la capacité destructrice toujours aussi terrifiante, mais les stratèges « s’amusent » maintenant à imaginer des dévastations ciblées : une petite bombe nucléaire ici, une petite bombe nucléaire là. Le contrôle des armements et la non-prolifération nucléaire, à l’évidence, sont passés de mode.

La faute à qui ? Les Américains mettent le blâme sur les Russes, qui réagiraient, eux, à la domination américaine en armement conventionnel : une escalade qu’aucun leader, pour l’instant, ne cherche à freiner. Commençons avec la puissance militaire des États-Unis.

LOIN, TRÈS LOIN DEVANT

Elle est incomparable, tout le monde s’entend. Le budget du Pentagone, à lui seul, équivaut à ceux des sept autres plus grandes puissances, incluant la Russie et la Chine réunies. Conséquence, tous les scénarios de guerre classique finissent par donner le dessus aux Américains. Ce serait long, épouvantablement dévastateur et sanglant, mais les États-Unis remporteraient les batailles de chars d’assaut, d’avions de combat et de bombardement de missiles.

La Russie, qui se voit toujours comme une puissance respectable, n’aime pas l’idée. Le Kremlin serait donc en train de moderniser son arsenal d’armes nucléaires tactiques, de manière à disposer de plus de bombes « à faible rendement » – c’est le nom qu’on leur donne – moins puissantes, mais plus facilement utilisables.

Quand on dit « moins puissantes », on ne parle pas d’un slingshot : chacune de ces bombes nucléaires équivaudrait à vingt kilotonnes de TNT, c’est-à-dire grosso modo l’énergie dégagée par les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki. On ne met pas en péril la civilisation tout entière, mais on peut raser des villes d’un seul coup et faire des centaines de milliers, voire des millions de morts.

PAS QUESTION DE PRENDRE DU RETARD

Le Pentagone, vendredi, a présenté sa Nuclear Posture Review, une première révision de sa stratégie nucléaire depuis 2010. Les experts militaires américains reconnaissent que le paysage nucléaire a beaucoup changé au cours de la dernière décennie, avec la Chine qui rajeunit et amplifie son arsenal, l’Iran qui, pour l’instant, a accepté de restreindre le sien, et la Corée du Nord qui sprinte depuis deux ans vers le statut de puissance nucléaire.

Ce qui semble toutefois inquiéter plus que tout James Mattis, le secrétaire américain à la Défense, c’est la détermination de la Russie – a-t-on conclu au Pentagone – à utiliser son armement nucléaire pour contrecarrer les forces conventionnelles américaines et des autres armées de l’OTAN, dont celle du Canada.

La réponse suggérée par Mattis : le développement d’un arsenal nucléaire américain « de faible rendement » pour pouvoir menacer de pareille façon les Russes, mais aussi les Chinois, les Nord-Coréens et quiconque se laisserait tenter par l’accumulation de bombes atomiques. L’objectif, détruire des cibles précises sans réduire la moitié d’un pays en poussière.

L’idée est horrifiante, mais n’est mise de l’avant, insiste-t-on, qu’à cause des Russes. Vous pensez qu’à Moscou, la réaction sera de calmer le jeu et de fermer les livres ? Pariez plutôt sur une surenchère ! Les décisions prises à tête reposée n’ont pas la cote ces temps-ci.

UN ARSENAL BIEN FOURNI

Il existerait environ 15 000 ogives nucléaires dans le monde, les États-Unis et la Russie possédant plus de 90 % d’entre elles.

 

  Prêtes à être tirées Prêtes, mais non déployées En attente de démantèlement Total
Russie 1910 2390 2700 7000
États-Unis 1800 2200 2800 6800
France 290 10 0 300
Chine ??? 270 0 270
Royaume-Uni 120 95 0 215
Pakistan 0 140 0 140
Inde 0 130 0 130
Israël 0 80 0 80
Corée du Nord ??? 60 0 60