/sports/jo
Navigation

Cindy Ouellet ira maintenant aux Jeux paralympiques d’hiver

Cindy Ouellet
PHOTO COURTOISIE Cindy Ouellet

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Après avoir participé trois fois aux Jeux paralympiques d’été, en basketball en fauteuil roulant, la Québécoise Cindy Ouellet représentera maintenant le Canada aux Jeux paralympiques d’hiver, à Pyeongchang, en 2018. Sa nouvelle discipline: le paraski de fond.

«Ça fait juste un an que je pratique le paraski. Pour moi, c’était un peu impensable d’aller à Pyeongchang, a avoué Ouellet, lors d’une entrevue avec l’Agence QMI. C’est un rêve assez fou qui se réalise beaucoup plus vite que je ne le croyais possible.»

Ce nouvel accomplissement a une saveur particulière pour Ouellet. Celle-ci avait 12 ans quand on lui a diagnostiqué un cancer des os. Sportive, elle pratiquait alors le ski alpin et rêvassait de participer, un jour, aux plus grandes compétitions sur des pentes enneigées.

«Je faisais du ski alpin avant mon cancer et je rêvais d’aller aux Jeux olympiques d'hiver, a raconté elle-même Ouellet, avec une grande résilience. Donc, là, c'est comme un rêve de petite fille qui se réalise. Oui, c’est dans un sport différent et avec mon handicap, mais sans les épreuves qui me sont arrivées, je n'aurais pas eu toutes ces belles expériences.»

La première au Québec

L’athlète québécoise de 29 ans a appris l’heureuse nouvelle dans la dernière semaine, mais le dévoilement officiel de la délégation canadienne ne se fera que le 12 février.

«Je serai la première paralympienne du Québec qui va participer à des Jeux d’été et d’hiver, a poursuivi Ouellet. Il ne faut pas limiter ses rêves et ses ambitions, il faut pousser si on désire quelque chose. Rien n'est impossible.»

Ouellet attendait sa confirmation après avoir réussi le standard en décembre dernier lors d’une compétition tenue à Canmore, en Alberta. Elle avait alors surpris tout le monde en terminant au 18e rang à sa première Coupe du monde en carrière. L’athlète avait conclu le parcours en 19 min. 16 s à l’épreuve de 5 kilomètres en skis assis.

Un intéressant parcours

De nature très compétitive, Ouellet rêvait évidemment à Pyeongchang, mais elle n’osait pas trop y croire. Elle visait davantage une participation en paraski aux Jeux de Pékin, en 2022.

Son prochain voyage en Corée du Sud s’ajoute à des participations aux Jeux de Pékin (2008), de Londres (2012) et de Rio (2016), où elle n’a toutefois pas été en mesure d’obtenir une médaille avec ses coéquipières de basketball en fauteuil roulant. Ouellet a néanmoins savouré l’or avec l’équipe canadienne lors du Championnat du monde féminin, à Toronto, en 2014. Joueuse importante pour le Canada, elle compte aussi trois médailles d’argent récoltées lors de différents Jeux parapanaméricains.

La liberté de s’entraîner

En paraski, Ouellet apprécie la liberté de pouvoir s’entraîner seul, à son rythme. C’est beaucoup plus facile qu’au basketball, où on a immanquablement besoin de pratiquer avec ses coéquipières.

«Ça me donne plus de temps pour m’entraîner, a noté celle qui s’adonne également au Crossfit. Et en compétition, ça devient moi contre la montre.»

En dépit de ce nouveau défi personnel, Ouellet compte toujours poursuivre, en parallèle, son parcours en basketball et vise une participation aux Jeux de Tokyo en 2020.