/world/middleeast
Navigation

Iran: les écoles fermées à Téhéran pour cause de pollution

Iran: les écoles fermées à Téhéran pour cause de pollution
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les écoles primaires resteront fermées dans toute la province de Téhéran, à l’exception de trois petites villes, en raison d’une pollution atmosphérique très élevée, ont annoncé les autorités locales.

Les autorités ont également décidé d’étendre la circulation alternée à l’ensemble de la ville de Téhéran qui compte quelque 8,5 millions d’habitants.

La concentration en particules fines (PM2,5) est montée lundi à 144 microgrammes par mètre cube en moyenne pour l’ensemble de la capitale --avec des pics à 169 µg/m3 dans certains quartiers--, selon les autorités municipales. L’OMS recommande un taux inférieur à 25 µg/m3 en moyenne sur 24 heures.

Les autorités ont également recommandé aux personnes fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou souffrant de problèmes cardiovasculaires) de rester chez elles.

Déjà à la mi-décembre, les écoles étaient restées fermées pendant plusieurs jours à cause de la pollution.

Tous les ans à cette période de l’année, la pollution atteint des pics à Téhéran --agglomération située entre 1400 et 1800 mètres-- en raison du phénomène dit de l’«inversion thermique»: l’air froid en altitude empêche l’air chaud et pollué de se dégager. Cette année, la très faible pluviométrie depuis le début de l’automne a encore accentué le problème.

Selon les médias iraniens, la pollution dans la ville de Téhéran, habituée aux embouteillages monstres, est provoquée à 80% par les gaz d’échappement.