/news/green
Navigation

La queue amputée en raison du froid

La SPA veut sensibiliser les propriétaires d’animaux

Après avoir été amputée de la queue, la petite chatte Cola, deux ans, sera bientôt offerte en adoption à la SPA, à Québec.
Photo courtoisie Après avoir été amputée de la queue, la petite chatte Cola, deux ans, sera bientôt offerte en adoption à la SPA, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

En cette période de froid intense, après avoir dû amputer la queue gelée d’une chatte, la Société protectrice des animaux (SPA) souhaite sensibiliser les propriétaires d’animaux domestiques aux risques de laisser son petit compagnon à l’extérieur sans surveillance.

Cola est une femelle de deux ans qui a été retrouvée dans un bien mauvais état, la semaine dernière, par un citoyen de Québec. Il a remis la pauvre bête qui avait une engelure et de sérieuses blessures à la queue aux soins de la SPA.

« Près de son corps, le poil était tout arraché et il y avait des signes que la peau avait été râpée. Au bout de sa queue, la chair a été coupée et on pouvait voir l’os », indique June Gormley, chargée de projet et responsable des communications et du marketing à la SPA.

Mauvaises intentions ?

Difficile de savoir ce qui a causé cette blessure. Est-ce que Cola s’est réfugiée dans un lieu dangereux à cause du froid et elle se serait coincée quelque part ? Ou encore, a-t-elle été victime d’une personne mal intentionnée ?

« On ne saura jamais ce qui s’est passé avec elle exactement. Ce que la vétérinaire pense, c’est qu’elle s’est coincé la queue et qu’elle a tiré pour se déprendre, poursuit Mme Gormley. Elle peut aussi s’être endormie et s’être gelé la queue, mais il n’y avait pas d’autres signes d’engelure sur le reste de son corps. »

Cola a reçu des soins et la chatte est hors de danger. Toutefois, elle a dû être amputée. « Si nous n’avions pas coupé sa queue, c’était l’euthanasie. On l’a traitée, car c’était possible de le faire chez nous », indique la porte-parole.

Dangereux

Avec la triste aventure de Cola, la SPA rappelle que les animaux domestiques doivent être surveillés lorsqu’ils vont à l’extérieur, et les grands froids sont aussi dangereux pour eux que pour les humains.

« En bas de -20 degrés, il faut les garder à l’intérieur ou surveiller leurs petites périodes de sorties extérieures », précise la porte-parole.

Chaque hiver, malheureusement, plusieurs animaux subissent des blessures à cause d’engelures. « Des chats avec des oreilles gelées qui tombent, on a déjà vu ça. Nous en avons chaque hiver », termine Mme Gormley.