/news/green
Navigation

86 % du verre récupéré finit à la poubelle

Il est contaminé dans les centres de tri après avoir été mélangé à d’autres produits

Usine de verre Owens-Illinois
Photo d’archives, PIERRE-PAUL POULIN La compagnie Owens-Illinois est le premier fabricant d’emballages en verre au monde et elle opère une usine à Montréal (sur la photo). Son principal fournisseur, 2M Ressources, doit importer du verre à l’étranger afin de répondre à la demande du géant.

Coup d'oeil sur cet article

La majorité du verre récupéré au Québec n’est pas recyclé, mais plutôt jeté à la poubelle à grands frais, alors que les rares recycleurs de verre d’ici manquent de matière première.

Les Québécois ont récupéré 159 000 tonnes de verre en 2015, selon le plus récent rapport de Recyc-Québec. Seulement 14 % ont trouvé une seconde vie. Tout le reste a servi de matière de recouvrement sur les sites d’enfouissement.

« C’est scandaleux, gronde Gaston Michaud, du comité citoyen Opération Verre-Vert. Comme facteur de cynisme citoyen, c’est difficile d’aller plus loin. »

Il indique qu’il en coûte en moyenne 30 $ la tonne pour envoyer du verre à la décharge.

« Les sites d’enfouissement, ça fait leur affaire qu’on ne recycle pas le verre. Si on ne les payait pas pour le prendre, ils devraient acheter du gravier comme matière de recouvrement », explique M. Michaud.

Une affaire de gros sous

« Les sites d’enfouissement se remplissent les poches avec ça, c’est une affaire de gros sous », critique David Rousseau, directeur général de 2M Ressources.

David Rousseau<br>
<i>Directeur général 2M Ressources</i>
Photo Pierre-Paul Poulin
David Rousseau
Directeur général 2M Ressources

Son entreprise récupère le verre pour le trier, le nettoyer et le concasser. Elle le revend ensuite à des fabricants qui en font de nouveaux contenants.

2M Ressources a la capacité de traiter la quasi-totalité du verre récupéré au Québec, mais elle préfère s’approvisionner à l’étranger en raison de la mauvaise qualité de notre système de tri.

« Le verre qui nous est acheminé depuis les centres de tri est très contaminé, il est mélangé à d’autres matières, donc on doit payer pour s’en départir », explique M. Rousseau.

Le problème, explique Karel Ménard du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, c’est que le verre est trop fragile pour notre système de récupération pêle-mêle.

Jeté dans les bacs, puis dans les camions, il finit en tessons et contamine toutes les autres matières : les ballots de papier, ceux de plastiques, et même la peau des travailleurs.

Blessures

« Des travailleuses et travailleurs sont blessés dans les centres de tri en manipulant du verre cassé, dont le contenu vient souvent souiller les autres matières », déplore le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau.

De plus, tant que notre récupération demeurera contaminée par le verre, il sera difficile de convaincre la Chine, plus grand recycleur au monde, de nous ouvrir à nouveau ses portes, souligne M. Ménard.

Des compagnies en manque de cette matière recyclable

Pendant que le verre récupéré au Québec finit à la poubelle, les conditionneurs de verre et les fabricants de contenants doivent importer leur matière première de l’étranger.

C’est le cas d’Owens-Illinois, le premier fabricant d’emballages en verre au monde, qui opère une usine dans le quartier Pointe-Saint-Charles, à Montréal. Alors qu’en Italie, la compagnie intègre 80 % de verre recyclé à la fabrication de nouveaux contenants, ici elle peine à atteindre les 30 %.

2M Ressources est le principal fournisseur d’Owens-Illinois. Mais pour répondre à la demande du géant verrier, la PME doit elle aussi s’approvisionner à l’étranger et a dû investir 6 millions $ depuis 2013 pour parvenir à traiter le verre contaminé des centres de tri.

Modernisation

Pour offrir du verre de meilleure qualité aux conditionneurs et aux recycleurs, Éco-Entreprise Québec, l’organisme qui finance la collecte sélective, a annoncé un plan d’investissement de 6,7 M$ l’été dernier, afin de moderniser les centres de tri.

Le plan consiste à ajouter une ligne de tri pour extraire le verre, explique Karel Ménard du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

Le problème, dit-il, c’est que l’ajout de cette ligne coûte jusqu’à 1 M$ pour les plus gros centres de tri.

« A-t-on les moyens de faire ça pour tous les centres de tri ? J’en doute », souffle M. Ménard.

Son organisation milite plutôt pour changer notre façon de trier à la source en instaurant une consigne des bouteilles de vins et de spiritueux et en mettant des cloches de récupération à la disposition des citoyens, comme cela se fait en Europe avec succès.

Consigner le verre

Les syndicats réclament eux aussi la consigne, qui, en plus de protéger l’environnement, est créatrice d’emploi, disent-ils.

« Nous sommes une des seules provinces au pays à ne pas avoir de consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux et on voit où ça nous a menés, avec des taux faméliques de recyclage et de récupération », gronde le président du SCFP-Québec, Denis Bolduc.

Interpellée à plusieurs reprises au fil des ans, la Société des alcools du Québec (SAQ), qui a vendu 218 millions de bouteilles en 2015-2016, s’est toujours opposée à la consigne, qu’elle juge trop coûteuse.

En 2014, la société d’État indiquait qu’il faudrait investir 250 M$ sur cinq ans pour instaurer la consigne dans ses succursales. Huit ans plus tôt, elle évaluait que la consigne coûterait 36 M$ pour être implantée, puis 25 M$ en coûts annuels.