/news/green
Navigation

Bientôt un point de dépôt pour le verre à Saint-Lambert

La ville évitera ainsi aux bouteilles et aux autres contenants de finir à la poubelle

Conteneur verre
Photo d’archives Les citoyens de Saint-Lambert bénéficieront d’ici le printemps d’un point de dépôt comme celui-ci à Saint-Denis-de-Brompton, en Estrie, où ils pourront rapporter leurs contenants en verre. Ce tri à la source évitera que le verre contamine les autres matières.

Coup d'oeil sur cet article

Afin d’éviter que 86% du verre récupéré finisse à la poubelle, la Ville de Saint-Lambert mettra en place un point de dépôt volontaire dédié au verre où les citoyens pourront déposer leurs bouteilles et leurs contenants.

« C’est un projet à portée éducative pour montrer que les gens sont prêts à faire ce petit pas supplémentaire pour que leurs matières soient recyclées », indique le conseiller municipal Loïc Blancquaert, président du comité d’environnement de Saint-Lambert.

Le point de dépôt devrait être opérationnel d’ici ce printemps, prévoit-il.

Saint-Lambert suivra ainsi l’exemple de Saint-Denis-de-Brompton, en Estrie, où un point de collecte du verre est en place depuis plus de deux ans avec succès, indique Gaston Michaud d’Opération Verre-Vert, le comité citoyen à l’origine de l’initiative.

La réponse des citoyens est si positive que les 18 municipalités de la MRC du Val-St-François ont emboîté le pas de Saint-Denis-de-Brompton.

Les municipalités veulent ainsi donner une option aux citoyens afin que les contenants qu’ils trient soient utilisés pour créer du verre neuf chez nos recycleurs locaux.

Éviter la poubelle

Le Journal rapportait lundi que 86 % du verre récupéré au Québec dans les centres de tri n’est pas recyclé, mais plutôt envoyé dans les sites d’enfouissement, qui s’en servent comme matière de recouvrement.

Ce chiffre daté de 2015 est le plus récent rendu public par Recyc-Québec, l’organisme qui gère la mise en valeur des matières résiduelles au Québec.

Depuis, plusieurs projets pilotes ont été mis en place afin d’augmenter le taux de recyclage du verre.

Mais selon Karel Ménard, du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, « il n’y a pas tellement eu de changement depuis 2015 ».

Revalorisation

Il explique que la majorité des projets mis en place permettent de valoriser le verre en l’utilisant, par exemple, comme ajout cimentaire ou comme abrasif.

Ces utilisations de la poudre de verre permettent de limiter les besoins en sable, la ressource naturelle la plus consommée sur la planète avant l’eau et le pétrole.

Toutefois, « ce n’est pas du recyclage, c’est de la revalorisation », insiste M. Ménard.

Pour améliorer le taux de recyclage, les initiatives isolées que prennent les municipalités comme Saint-Lambert ne suffiront pas, prévient M. Blancquaert.

« C’est un grain de sable, une façon de montrer l’exemple, mais chaque ville isolément ne peut pas faire ses propres expériences », dit le conseiller municipal.