/sacchips/zoneassnat
Navigation

Jean-François Lisée s’excuse pour sa «blague déplacée» sur la moustache de Manon Massé

Le chef du PQ, Jean-François Lisée
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Le chef du PQ, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a publié une mise au point sur son compte Facebook, afin de s’excuser pour l’allusion qu’il a faite à la moustache de Manon Massé, lors de l’émission La soirée est encore jeune, dimanche.

Intitulé «Manon, la moustache et moi» cette publication visait à expliquer ses intentions et à offrir ses excuses à ceux «qui, ne connaissant peut-être pas ce contexte, ont pensé que je m'attaquais à son physique ou à son orientation sexuelle, ce qui n'est évidemment pas le cas», a-t-il écrit.

«Dimanche soir, à l'émission La soirée est encore jeune, l'animateur Jean-Phillppe Wauthier m'a demandé en quoi le tandem que je forme avec ma vice-cheffe Véronique Hivon était différent des co-porte-parole de QS. Sur le fond, j'ai expliqué que la chose était différente à plusieurs égards», a-t-il expliqué.

Puis, le chef du PQ a précisé qu’il avait fait cette blague dans le contexte d’une «émission humoristique où les blagues fusent entre les animateurs et les invités».

«Je me suis permis de la faire, car je sais très bien que Manon assume parfaitement son apparence et a déjà affirmé que c'était en quelque sorte un "statement" qu'elle faisait. [...] C'est parce que je savais que Manon – avec qui j'ai siégé notamment dans une commission où nous avons, de concert, donné davantage de droits aux transgenres – ne considérait pas sa moustache comme un tabou, mais un statement, que je me suis permis de l'aborder», a précisé M. Lisée.  

Ce dernier conclut en affirmant qu’il «revendique le droit inaliénable à faire, dans des émissions d'humour, des blagues, même plates».

Il «admet» toutefois qu’il n’était pas «opportun certainement pour un chef politique, d'évoquer un trait physique qui peut être perçu comme offensant. On ne m'y reprendra plus», a-t-il promis. 

Écoutez la blague en question: