/sacchips/inmybag
Navigation

Lettre ouverte à mon Saint-Henri d’amour

Lettre ouverte à mon Saint-Henri d’amour
Photo Vanessa de Montigny

Coup d'oeil sur cet article

Fallait bien que ça se termine un jour. Toi et moi, on le voyait venir...

C’est sûr, dernièrement, tu ne m’as pas convaincue de rester. J’ai dû faire des détours, chercher du parking trop longtemps, endurer les fêtards trop saouls à la sortie du Bar De Courcelle, être patiente avec les habitants de mon bloc qui chantent, baisent, fument. Parfois, tout ça à la fois.

J’ai appelé la police souvent. Rarement pour moi.

Bref, tu comprendras, mon Saint-Henri d’amour, que j’étouffe un peu. Mon petit 4 et demi commence à avoir des allures de grand 2 et demi et j’ai besoin d’aller voir ailleurs, de retourner à mes premières amours et d’entamer un nouveau chapitre en douceur.

N’empêche que tu vas me manquer. T’étais le début de bien des choses pour moi pis lui, LE quartier qui allait devenir notre première maison.

Je me rappelle quand j’étais venue te voir pour la première fois, j’étais tombée sous le charme. C’était un soir d’été et j’étais venue regarder un vieux film en noir et blanc sur le mur d’une maison de la rue Beaudoin. J’ai su que j’habiterais ici en venant à Montréal, dans Saint-Henri. Juste parce que j’avais l’impression que c’était figé dans le temps, à côté de la vie qui allait vite.

 

Notre premier appart, on l’a choisi ensemble. On l’a mis à notre goût, on y a mis ben de l’amour. Notre premier souper, c’était sur une couverte, dans notre chambre pas peinturée, avec une pizz pis du vin cheap. J’ai su que c’était juste ça, le bonheur.

 

Je vais m’ennuyer de mon américano au Campanelli le matin, des files d’attente interminables au Arthurs, du Tuck Shop, des gigantesques pointes de pizzas du Adamo, de ma première neige en tant que Montréalaise, de faire mon épicerie au Marché Atwater, des soupers un peu trop arrosés avec le futur époux au Smoking Vallée qui se terminaient immanquablement par une discussion assis sur notre balcon jusqu’aux petites heures à essayer de changer le monde.

Je découvre mon nouveau quartier🍴 #mtl #montreal #sthenri #smokingvallee #food #foodie #yum

Une publication partagée par Vanessa de Montigny (@vanessademontigny) le

 

 

 

 

Je vais m’ennuyer aussi de tous les endroits que j’aurais aimé essayer. Deux ans, ce n’est pas si long que ça, mais c’est assez pour tomber en amour.

T’as été une étape de ma vie que j’avais hâte de vivre et qui doit maintenant se terminer. J’ai un deuil à faire, ç’a l’air... 

Quand je mettrai la clé dans la porte le 1er juillet, je saurai que c’est pour la dernière fois et j’aurai un petit pincement au cœur. Soudainement, mes voisins qui fument, la construction et les tempêtes ne me dérangeront plus... Je vais vouloir revenir te voir.


Pour d’autres belles histoires qui viennent du cœur, suivez Silo 57 sur Facebook et Instagram!

Une publication partagée par Silo 57 (@silo.57) le