/finance/news
Navigation

Que doit-on faire quand la Bourse fait du yo-yo?

Que doit-on faire quand la Bourse fait du yo-yo?
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Conservez précieusement cette chronique. Elle servira à quelques reprises, j’en suis certain. Je ne veux pas être prophète de malheur, mais vous devrez vous habituer aux turbulences des marchés.

Si l’entrée du Dow Jones en territoire de correction (perte de plus de 10 % depuis son sommet) vous semblait inusitée, c’est plutôt la longue séquence de gains qui était anormale. Rappelons que depuis mars 2009, le vénérable indice phare de Wall Street a connu une croissance pratiquement en continu de +267 %.

Dans l’euphorie, plusieurs misaient quasiment toutes leurs économies dans le puissant marché américain. Erreur. Voilà, février ne fait que commencer et nos portefeuilles subissent une raclée. Si cela vous inquiète, vous pouvez faire quelque chose. Mais, pas n’importe quoi.

Vos placements

D’abord, ne cherchez plus d’explication rationnelle. Les gains et replis de cette ampleur tirent leur source dans les émotions des investisseurs. Rester discipliné et conserver son calme est la meilleure attitude.

À moins d’avoir besoin de vos économies pour une dépense immédiate, liquider vos titres ne fera que concrétiser des « pertes virtuelles ». Gardez vos objectifs et votre vision à long terme en tête. Ne laissez pas les pertes passagères brouiller votre perception.

Tous les navires traversent un jour du mauvais temps. Certains sont mieux équipés pour contenir les remous. Comme le bon capitaine muni d’un solide plan de navigation qui contournera les récifs et évitera de se jeter directement au cœur d’un ouragan, vous pourriez aussi planifier avec plus de minutie le contenu de votre portefeuille.

Si cette correction boursière vous rend très nerveux, appelez votre conseiller et exprimez vos sentiments. S’il le faut, vous pourriez revoir votre stratégie de répartition d’actifs. J’aime beaucoup l’approche « caisse de retraite » qu’on trouve dans plusieurs solutions gérées.

Ça permet de rebalancer automatiquement les portefeuilles, de couvrir les risques des échanges de devises, de varier les styles de gestion et surtout d’inclure des éléments peu corrélés avec la Bourse comme les fiducies immobilières et les infrastructures.

Enfin, un mot sur les obligations. Vous devez en détenir une portion. Je sais, ça ne paye pas beaucoup. Mais, ces dernières sont comme les freins sur une voiture. Ils ne vous font jamais gagner en vitesse, mais vous permettent d’arriver à destination sain et sauf.

 

Conseils

  • Paniquer n’est pas une solution.
  • En finance, l’impulsivité est votre ennemie.
  • S’ils ne sont pas inscrits à l’AMF, le beau-frère et le comptable du bureau ne seront pas des conseillers pertinents.
  • Échanger vos titres boursiers pour des CPG n’est pas recommandé.
  • Si vous n’avez pas de plan financier à long terme, voyez-y.
  • Révisez votre diversification. Sans sortir du marché, rééquilibrez votre portefeuille au besoin.
  • Pour éviter de vous éparpiller et réduire le risque, pensez aux « solutions gérées ». Les meilleures sont constituées comme des caisses de retraite.