/sports/hockey/canadien
Navigation

Scherbak et Pacioretty: des parcours similaires...

Scherbak et Pacioretty: des parcours similaires...
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Nikita Scherbak ne deviendra pas le prochain Max Pacioretty. Il reste encore à des lunes de connaître des saisons de 30 buts ou plus dans la LNH. Il n’a même pas encore gagné un poste à temps plein avec le Canadien. Mais il y a un parallèle intrigant à tracer entre le capitaine et le Russe de 22 ans.

Pacioretty est un choix de premier tour, le 22e au total au repêchage de 2007. Scherbak a aussi entendu son nom dès le premier tour, grimpant au 26e rang sur l’estrade en 2014. Les possibles ressemblances se retrouvent plus dans le développement.

Scherbak a fait une brève escale de deux matchs l’an dernier à Montréal, mais il obtient sa première réelle chance à sa troisième saison chez les professionnels. Et c’est aussi la première année seulement qu’il produit à un rythme décent. Avant de recevoir l’appel de Marc Bergevin, le Moscovite était un des rares joueurs productifs au sein du Rocket de Laval avec 30 points (7 buts, 23 passes) en 24 rencontres.

La patience

Si on doit encore patienter plusieurs mois avant de parler d’une véritable éclosion pour Scherbak, Pacioretty avait pris son envol dans la LNH à sa troisième saison chez les pros. En 2008-2009 et 2009-2010, l’Américain avait divisé son temps entre Montréal et Hamilton dans la Ligue américaine. À sa troisième saison, il avait clairement dit qu’il préférait retourner à Hamilton afin de jouer un plus grand rôle avec les Bulldogs. Le CH l’avait rappelé au mois de décembre seulement. Il avait eu le temps d’amasser 32 points (17 buts, 15 passes) en 27 matchs à Hamilton.

« Il y a plusieurs opinions sur les chemins à suivre pour atteindre la LNH et ensuite devenir un joueur dominant, a rappelé Pacioretty. Je ne sais pas ce qu’il y a de mieux pour le développement d’un joueur. Mais je savais à cette époque que j’avais besoin de retourner dans la Ligue américaine dans le but de dominer cette ligue. Je suis une personne confiante et je croyais que c’était possible de le faire. C’était la bonne décision pour ma carrière. J’ai ensuite trouvé ma place avec le Canadien et je n’ai jamais rejoué dans la Ligue américaine. »

La force du mental...

Pacioretty n’ose toutefois pas comparer sa propre situation à celle de Scherbak.

« Je ne peux pas tracer un parallèle entre la route de Nikita et la mienne, a-t-il répliqué. Je n’ai pas assez suivi son développement dans la Ligue américaine. Nous sommes deux joueurs différents. Mais j’aime beaucoup ce que je vois de lui depuis son rappel. Je ne l’ai jamais vu jouer avec autant de confiance et il utilise bien sa rapidité et son physique. Il est calme avec la rondelle et il n’a pas peur de fabriquer des jeux. Pour rester à Montréal, il devra poursuivre sur la même voie. Il a le talent et les outils pour être un joueur de la LNH. Je lui souhaite de rester pour son bien, mais aussi celui de l’équipe. »

Aux yeux du capitaine, Scherbak a surtout grandi en confiance depuis le début de la saison.

« Je ne sais pas s’il est plus fort, mais ça semble le cas, a-t-il dit. C’est surtout une question de confiance. Les gens mésestiment trop souvent le pouvoir du cerveau. La confiance fait une grande différence. Il jouait avec aplomb et il dominait avec le Rocket. Il veut maintenant faire la même chose, mais dans la LNH. Les jeux deviennent plus naturels pour lui puisqu’il croit en ses moyens. »

Auteur de deux passes à ses deux derniers matchs depuis son rappel, Scherbak s’est aussi décrit comme un jeune homme plus confiant.

« Je veux continuer à construire, je ne peux pas ralentir, a mentionné le Russe. Ça ne doit pas devenir l’histoire de deux matchs seulement. Mais je suis plus confiant maintenant. J’ai joué dans toutes les situations à Laval et je jouais un rôle important. Je me fais plus confiance. »