/opinion/columnists
Navigation

Tout simplement dégoûtant

Quebec
Photo, STEVENS LEBLANC

Coup d'oeil sur cet article

Dégoûtant, révoltant et ignoble. Comment le gouvernement Couillard peut-il être aussi sans cœur ? D’une main, il hausse les prestations d’aide sociale pour les personnes inaptes au travail. De l’autre, il en prive des milliers de personnes handicapées. Une honte.

Déjà minimales à 12 749 $/année, ces prestations passeraient à 18 029 $ en 2023. Le diable se cache toutefois dans les détails.

Depuis le 1er février, la hausse mensuelle est de 73 $. Or, Le Devoir rapporte que les personnes handicapées vivant en ressources intermédiaires (RI) n’en verront pas la couleur. Ce qui comprend de nombreux adultes déficients intellectuels.

La raison ? Comme par hasard, la Régie de l’assurance maladie du Québec augmente de 73 $ leur contribution mensuelle à la RI. Ces personnes handicapées défraient pourtant déjà leur hébergement à même la majeure partie de leurs prestations d’aide sociale auxquelles le gouvernement ajoute de généreuses subventions aux RI.

Priver des personnes handicapées d’un modeste 73 $ de plus par mois pendant que le gouvernement nage dans les surplus est un geste odieux. S’il ne recule pas, force sera de conclure que son « nouveau » discours sur la « lutte à la pauvreté » n’est que du vent.

Les grands oubliés

À juste titre, on s’indigne ces jours-ci des conditions de travail aberrantes des infirmières et des préposés. Mais qui s’indignera aussi pour ces milliers de personnes déficientes intellectuelles ? Qui, dans les talk-shows, poussera de hauts cris de colère en leur nom ?

Qui dénoncera leur sort déjà gravement miné par les compressions ? Qui, dans les médias sociaux, versera des larmes pour les adultes handicapés intellectuels et leurs familles ? Qui se scandalisera de la déshumanisation dont ils sont l’objet sous l’ère Couillard ?

Connaissant trop bien le chemin de croix qu’on leur fait vivre parce que, comme tant d’autres, je le vis moi-même comme proche aidante de ma sœur déficiente, je ne pleurerai pas sur la place publique. Je demande seulement aux médias, tous genres confondus, de s’intéresser aussi à ces grands oubliés par les médecins qui nous gouvernent.

Secret de Polichinelle

Dans les méandres maintenant ultra-centralisés et opaques du système de santé et de services sociaux, c’est d’ailleurs un secret de Polichinelle. Les adultes déficients intellectuels et leurs familles sont laissés pour compte.

On réinvestit chez les moins de 18 ans et les autistes. Une très bonne chose. Mais pour les personnes déficientes intellectuelles adultes, dont plusieurs sont vieillissantes, c’est silence radio.

Dans une société normale, une indifférence aussi sauvage serait décriée. Dans une société normale, les adultes déficients intellectuels et leurs familles seraient traités avec dignité et humanisme. Oui, osons le mot : humanisme.

Sous le duo Barrette-Couillard, c’est tout le contraire. Je pourrais vous raconter plein de drames humains qui en découlent. Dans leur bulle haut perchée­­­, nos gouvernants refusent de les voir.

En cette année électorale, les partis politiques doivent s’engager concrètement à prendre soin des plus vulnérables d’entre nous. Parce que pour le moment, c’est un échec.