/news/politics
Navigation

Justin Trudeau cité partout dans le monde

Ses propos concernant le mot «mankind» ont été mal accueillis

Trudeau peoplekind
Capture d’écran Twitter Justin Trudeau a repris une citoyenne (entourée en rouge) posant une question lorsque cette dernière a utilisé le mot « mankind ». Le premier ministre aurait voulu qu’elle dise « peoplekind ».

Coup d'oeil sur cet article

Les propos du premier ministre canadien Justin Trudeau concernant le terme « mankind » se sont attiré l’attention de médias partout autour du globe, mais surtout des moqueries.

Plusieurs médias ont rapporté que le premier ministre avait été critiqué pour avoir été exagérément féministe et trop politiquement correct. Le Washington Post (États-Unis), le Herald Sun (Australie), la BBC (Angleterre) font partie du lot, tout comme des médias en Italie, en Allemagne, en Inde et aux Pays-Bas.

Lors d’une assemblée publique à Edmonton jeudi dernier, M. Trudeau a corrigé une citoyenne pour son utilisation du terme « mankind » (littéralement « race de l’homme »).

«Nous préférons dire “peoplekind” (littéralement “race des personnes”), pas nécessairement “mankind”, parce que c’est plus inclusif », a-t-il lancé, en coupant la parole à la dame.

La séquence vidéo d’une vingtaine de secondes est devenue virale depuis hier et le premier ministre s’est attiré les foudres de nombreux commentateurs, notamment aux États-Unis et en Angleterre.

Fox & Friends, l’émission matinale préférée du président républicain Donald Trump, s’est payée la tête de Justin Trudeau, tout comme plusieurs commentateurs de droite américains.

« Sans colonne »

Le journaliste britannique Piers Morgan a consacré une chronique dans le Daily Mail intitulée « Comment osez-vous tuer l’humanité, monsieur Trudeau, être sans colonne se donnant des airs de féministe ».

« Oui, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a tué [le mot “mankind”] parce qu’il trouve le mot insultant. Je ne plaisante pas. J’aurais voulu pourtant », écrit-il, dans un long texte décrivant son profond découragement.

« J’ai regardé la vidéo plusieurs fois et ça empire à chaque visionnement », ajoute-t-il.

Sur les réseaux sociaux, des internautes de toutes les nationalités ont été nombreux à critiquer Justin Trudeau pour la création de l’expression « peoplekind ».

Mention en Chambre

La députée conservatrice Lisa Raitt s’est aussi moquée de Justin Trudeau à la Chambre des communes.

« Est-ce que le premier ministre va faire une personne de lui en faisant la bonne chose et en remboursant les dépenses ? », a-t-elle lancé dans une question au sujet des coûts engendrés par son voyage chez l’Aga Khan.

L’élue a ainsi remplacé l’expression « to man up » (« faire un homme de soi ») par « person-up » (« faire une personne de soi »).

Le Bureau du premier ministre a fait savoir qu’il s’agissait d’un clin d’œil et que l’intervention a été sortie de son contexte.

– Avec l’Agence QMI