/news/currentevents
Navigation

Décès par surdose dans un centre de désintoxication de Trois-Rivières

Décès par surdose dans un centre de désintoxication de Trois-Rivières
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | C'est une surdose de drogue qui a causé la mort d'une jeune femme de 21 ans, il y a un an, à la Maison Carignan, un centre de désintoxication de Trois-Rivières.

C'est la conclusion à laquelle en vient le coroner Pascal Pelletier.

Selon toute vraisemblance, Lyndia Hamel aurait profité d'une sortie de deux jours pour rapporter de la cocaïne au centre. Le lendemain de son retour, elle avait d'ailleurs avoué avoir consommé et avait remis une seringue aux intervenants. Le lendemain matin, c'est la cochambreuse de la jeune femme qui l'avait découverte inerte dans son lit. Il y avait un sachet de poudre et une seringue à côté d'elle.

Le coroner écarte tout élément criminel de même que la thèse du suicide. Il ajoute: «il ne semble pas que ce niveau de surveillance ait été inférieur à celui attendu dans ce type de ressource qui ne constitue pas un établissement carcéral».

Après cet incident, la direction de la Maison Carignan a réévalué son protocole et vérifié ce qu'il se faisait ailleurs. Ils en sont venus à la conclusion que leur système ne pouvait être amélioré.