/sacchips/harddrive
Navigation

Il y a 45 ans paraissait Raw Power, d'Iggy and the Stooges

Il y a 45 ans paraissait Raw Power, d'Iggy and the Stooges

Coup d'oeil sur cet article

Le troisième album des Stooges a paru le 6 février 1973. Son succès, loin d’être immédiat, s’est confirmé au fil des ans auprès de plusieurs générations de rockeurs.

Drôle de penser, en voyant un Iggy Pop toujours prêt à se dandiner torse nu dans les festivals, qu’il a enregistré un album vieux de 45 ans.

Même que les Stooges avaient sorti leur album éponyme en 1969 et Fun House en 1970. Mais trois années auront été nécessaires pour produire le troisième. Et quel troisième!

Il faut dire que le band avait connu un gros changement de personnel. Les frères Asheton, Ron (guitariste) et Scott (batteur), avaient quitté le navire. Les Stooges s'étaient même officiellement séparés en juillet 1971.

Tout ce qui restait des Stooges, c’était Iggy et James Williamson, le dernier arrivé dans la formation. Dans le laborieux processus d’écriture de l’album, Williamson a convaincu Pop de rapatrier les deux frères au sein du groupe.

Iggy et Ziggy

Entre-temps, Iggy Pop avait signé un contrat comme artiste solo avec la même boîte de gérance que David Bowie. C’est d’ailleurs Bowie qui a produit Raw Power.

Search and Destroy, la première chanson, donne le ton. Un voyage en enfer s’amorce.

Columbia, le label, imposait à Iggy et sa bande de pondre deux ballades. (Une pour la face A et l’autre pour la face B. Logique.)

Comment les Stooges ont-ils répondu à la contrainte? En écrivant Gimme Danger et I Need Somebody... En fait de ballade, on est plutôt loin de Stairway to Heaven ou de Love Hurts

 

Malgré l’impeccable réputation dont jouit Raw Power aujourd’hui, Iggy Pop était plutôt déçu du mix de son ami Bowie à la première écoute. Trop feutré pour lui. Pas assez rentre-dedans à son goût.

Il n’en demeure pas moins que Raw Power a marqué des générations de musiciens, et notamment Kurt Cobain. Dans le journal qu'il a tenu en 1993, le défunt leader de Nirvana l’avait même classé en première position de son top-50 des meilleurs albums de tous les temps.

Avec leur énergie brute et indémodable, pas étonnant que les pièces Raw Power, Search and Destroy ou Your Pretty Face is Going to Hell fassent encore danser des aficionados dans la vingtaine.